Partager cet article :

 

 

L'Apple Card, la carte de crédit la plus attendue du moment, une collaboration exclusive entre le géant de la technologie Apple et la société de services financiers Goldman Sachs. En prévision du lancement prévu de la carte en août, Goldman Sachs a publié sur son site les conditions d'utilisation plutôt restrictives de l'Apple Card.

 

De nombreuses restrictions

Selon les conditions d'utilisation de la carte, les achats de cryptomonnaies sont classés dans la catégorie des avances de fonds ou des opérations assimilables à des transactions en espèces :

Avances de fonds et équivalent de trésorerie : cela signifie que toute avance de fonds et toute transaction assimilée à des opérations de paiement, y compris les achats d’équivalents de trésorerie tels que les chèques de voyage, les devises étrangères ou la cryptomonnaie, les ordres financiers, les virements entre particuliers, les billets de loterie, les jetons de jeu de casino aussi bien physiques que numériques, ainsi que les divers paris.

Le contrat d'utilisation précise ensuite que les avances de fonds et les équivalents de trésorerie font partie d'un certain nombre d'activités prohibées par Apple Card, ce qui signifie que l'achat de cryptomonnaies avec leur carte est donc interdit.

Selon le site Web d'Apple, leur carte de crédit prévue sera accessible aux utilisateurs par l'intermédiaire de leurs iPhones grâce à une application de portefeuille numérique. Les utilisateurs peuvent également opter pour une carte de crédit physique qui sera émise par Goldman Sachs.

 

Apple pas vraiment crypto-friendly

Il convient de noter qu'Apple avait interdit les applications liées au mining sur son App Store l'année dernière. Ainsi, ce geste ne semble pas trop surprenant. Goldman Sachs, curieusement d'un autre côté, semble enthousiaste au sujet des cryptomonnaies. Au mois de juin dernier, certains rapports indiquaient que la banque d'investissement prévoyait de lancer son propre stablecoin, un équivalent au projet du JPM Coin de JPMorgan. Le CEO de Goldman Sachs, David Solomon, avait même révélé qu'ils faisaient des recherches approfondies sur les stablecoins et la tokenisation des actifs.

Il est tout de même surprenant qu'Apple prenne cette décision assez drastique, en effet, ce n'est pas seulement la cryptomonnaie qui est touchée, mais aussi de nombreux types de transactions qui peuvent être quotidiennes pour certains utilisateurs. Pour une carte qui cherche à séduire un large public, ces restrictions assez fortes vont très certainement en freiner son expansion. Avec la vision que donne Goldman Sachs concernant les cryptomonnaies, il est fort probable que la décision soit uniquement celle d'Apple.

 

Néanmoins, certaines grandes structures du secteur de la cryptomonnaie ont récemment décidé de lancer leurs propres cartes de paiement. En juin dernier, c'est Coinbase qui a rejoint la course en proposant sa Coinbase Card. Finalement assez peu attrayante en raison des nombreux intermédiaires et contraintes. Le mois dernier, c'est Crypto.com (MCO) qui vient directement concurrencer le secteur en proposant elle aussi sa MCO Card avec des avantages concurrentiels tels que l'accès gratuit à abonnement gratuit à Netflix et Spotify et même aux lounges d'aéroport selon un certain montant de tokens MCO présents sur votre compte.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdata twitter-soothsayerdata Mail de Clément Wardzala

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar