Le wash trading revient à augmenter artificiellement le volume des transactions d’une plateforme d’échange pour faire croire à la présence de liquidités. Prenez votre plateforme de change de cryptomonnaies favorite, imaginez qu’un de ses employés crée des dizaines de faux comptes clients, et commence à faire des transactions de l’un à l’autre de ces comptes.

En relativement peu de temps, un nombre important de transactions aura eu lieu sur la plateforme. Les fonds n’auront pas réellement changé de main, et les commissions éventuelles reviennent de toute façon à la plateforme, mais le volume total des transactions réalisées sur la plateforme aura augmenté. C’est ce qu’on appelle le wash trading.

 

L’enjeu de la liquidité

Pourquoi une plateforme s’amuserait à faire cela ? Pour faire croire qu’elle dispose d’une liquidité importante. Sur n’importe quelle plateforme de change, si l’on exécute une transaction très volumineuse, on va faire varier le cours de l’actif qu’on achète. Et plus la plateforme a un volume de transactions faible, plus le slippage, c’est-à-dire le décalage de cours de l’actif, sera important, au détriment  du client qui réalise une transaction.

Lorsqu’on visite des sites qui répertorient les exchanges, il est donc fréquent de voir classer ces derniers par volume de transactions, puisqu’en théorie, cette donnée permet d'apprécier ceux qui ont la meilleure liquidité, et qui permettront à leurs clients de faire les transactions les moins onéreuses.

 

Un manque d’encadrement du marché crypto

D’où le wash trading. C’est simple à faire, cela ne coûte rien à la plateforme, et cela lui permet de monter dans les classements. Dans la finance traditionnelle, ce genre de pratiques peut vous mener droit en prison, mais cela reste une pratique courante sur le marché crypto, qui reste encore relativement peu encadré.

Comment peut-on s’en protéger ? Le site Coinmarketcap, reconnaissant qu’il s’agissait là d’un problème puisque cela permet à des plateformes peu scrupuleuses d’apparaître en haut des classements, a tenté de trouver une solution.

 

L’anayse des carnets d’ordre, une fausse solution

Au lieu de comptabiliser le volume total des transactions réalisées par les utilisateurs des plateformes, Coinmarketcap a décidé de comptabiliser le contenu de leurs carnets d’ordre. Pour rappel, un carnet d’ordres est l’ensemble des ordres ouverts à l’achat et à la vente par les clients d’une plateforme donnée à un instant t. Tout cela part de l’idée, correcte en théorie, que plus le carnet d’ordres est volumineux, plus la liquidité disponible est importante.

Mais en pratique, il n’est pas très difficile pour une plateforme malhonnête de placer des ordres volumineux factices avec des prix fantaisistes : je peux très bien lancer un ordre d’achat d’un million de bitcoins à un euro. J’ai gonflé artificiellement le volume du carnet d’ordres, et jamais cet ordre ne sera exécuté.

Il est donc au final très difficile, sinon impossible, de déterminer exactement la liquidité d’une plateforme de change, sachant qu’elle a la possibilité de créer des comptes, lancer des ordres, et contrôler à peu près tout ce qui se passe sur ses serveurs.

Dans le monde de la finance traditionnelle, ce genre de problème a été finalement résolu grâce à la réglementation, aux audits et à la surveillance. Il est difficile de dire si on finira par en arriver aux mêmes solutions dans le monde des cryptoactifs

 

Conclusion

Soyez donc toujours méfiants des promesses de volume et de liquidité faites par les plateformes en ligne, surtout celles dont on entend peu parler : une plateforme quasi-inconnue avec un énorme volume, c’est pour le moins étrange.

Le bouche-à-oreille, et surtout l’historique que vous avez bâti avec avec une plateforme sont donc probablement les facteurs les plus importants pour évaluer ses services, comme dans beaucoup d’autres domaines économiques. 

Si vous êtes néophyte dans cet univers, nous vous recommandons de vous diriger vers des acteurs reconnus comme Coinhouse, premier acteur crypto enregistré auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF).

Logo Coinhouse

Découvrez Coinhouse »

50€ de réduction sur l'offre premium avec le code CRYPTOAST
(à indiquer dans le champ "Parrain" lors de la prise de RDV)

A propos de l'auteur : Manuel Valente

twitter-soothsayerdata

J'ai co-fondé Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin) en 2014 à Paris. Coinhouse est pionnier dans le secteur de l'investissement dans le Bitcoin et les cryptomonnaies. Il s'agit à la fois d'une plateforme en ligne et d'un espace physique dédié où les gens peuvent trouver des conseils et être accompagnés dans leurs investissements.
Tous les articles de Manuel Valente.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments