LocalBitcoins annule les transactions en espèces : pourquoi tant de haine contre l’anonymat ?

Anonymat cryptographie

 

La plateforme de pair à pair LocalBitcoins a discrètement retiré l’option « espèces » de sa liste de paiements ces derniers jours. Le site avait annoncé récemment devoir se soumettre à l’autorité financière finlandaise. La pression gouvernementale sur les initiatives de vie privée est montée d’un cran ces derniers mois.

 

Abandon des échanges en espèces par LocalBicoins

C’est un utilisateur de Reddit qui a le premier averti de ce changement le 1er juin 2019. Les utilisateurs de LocalBitcoins ne pourront plus échanger leurs Bitcoins (BTC) contre des espèces. C’était pourtant un des services clefs de la plateforme. Il permettait de rencontrer individuellement un vendeur pour procéder à un échange dans l’anonymat le plus complet. Les amateurs appréciaient de pouvoir trader cette monnaie « pseudo-anonyme » sans laisser de traces numériques de la transaction ailleurs que sur la blockchain.

Pour l’instant, LocalBitcoins n’a pas communiqué sur les raisons du retrait des espèces. Ce qu’on sait cependant, c’est que le site d’échanges d’Helsinki avait annoncé récemment qu’il tomberait sous l’autorité du service de régulation financière du gouvernement finlandais. Avec un changement notable à venir : la nécessité pour les utilisateurs de vérifier leur identité avant d’utiliser le site. Le retrait des paiements par espèces se situe donc dans la droite lignée de ces développements.

 

Les gouvernements mondiaux s’attaquent à l’anonymat des cryptos

Ce n’est une nouvelle pour personne, les gouvernements sont historiquement méfiants quand il s’agit d’échanges anonymes. Mais la pression semble être montée d’un cran ces derniers temps. En décembre 2018, le gouvernement américain avait annoncé vouloir trouver un moyen de tracer le Monero (XMR) et le Zcash (ZEC). En France, il a été plus récemment question de pister les échanges du DarkNet, et donc de tracer les transactions liées au Bitcoin (BTC), Monero, Dash (DASH) et Litecoin (LTC). Le président de la commission des Finances Éric Woerth avait même estimé qu’il fallait « condamner […] la mise en circulation de crypto-actifs visant délibérément à maintenir l’anonymat de leurs détenteurs ».

Le but des gouvernements est clair : empêcher les économies parallèles de se développer, car elles pourraient nuire à la monnaie fiduciaire du pays. Sous couvert de lutte contre le blanchiment d’argent, l’anonymat pourrait donc devenir une cible pour un nombre grandissant de pays, à mesure que l’utilisation des altcoins se démocratise. Pour autant, on peut douter de l’efficacité de ce type d’efforts : rien n’empêchera les créateurs de cryptodevises de créer un nouveau protocole, une nouvelle monnaie, ou de nouvelles manières de proposer un réel anonymat.

 

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar