Hedera Hashgraph, une solution se rapprochant d'une blockchain, mais qui utilise des mécanismes différents en promettant des vitesses et des coûts de transaction très compétitifs, pourrait laissait l'Ethereum (ETH) et le Bitcoin (BTC) dans la tourmente. L'entreprise a annoncé le lancement public de son MainNet par le biais d'un post publié sur son blog le 16 septembre.

 

Les blockchains classiques en danger ?

La bêta est ouverte à tout le monde, après une bêta fermée qui n'était auparavant accessible qu'aux développeurs qui travaillaient sur l'implémentation d'applications sur la plateforme.

Selon Hedera, n'importe qui du grand public peut créer un compte tandis que les développeurs peuvent se lancer dans la création d'applications décentralisées (dApps) sur le réseau. L'annonce précise :

Avec des centaines de développeurs s'appuyant déjà sur le réseau au cours des derniers mois lors de sa bêta fermée, le MainNet d'Hedera est lancé avec 26 dApps et solutions. Avec l'Open Access, le réseau Hedera Hashgraph offre trois services : une cryptomonnaie avec une vitesse limitée à 10 000 transactions par seconde, des smart-contracts et un stockage de fichiers. Les offres de services des smart-contracts et de fichiers d'Hedera sont actuellement limitées à 10 transactions par seconde.

Après 18 mois de développement, le Hashgraph se distingue des autres technologies de registres distribués de plusieurs façons. Ses créateurs affirment qu'il fonctionne plus efficacement que les blockchains, ce qui le rend plus adapté aux besoins des entreprises et des commerces. Plus précisément, Hedera indique que le réseau peut prendre en charge jusqu'à 10 000 transactions par seconde, comparativement aux 2,8 transactions par seconde pour le Bitcoin et les 15 transactions par seconde de l'Ethereum, les deux plus grandes blockchains actuellement sur le marché.

 

Un token déjà listé sur de grands exchanges

Mance Harman, CEO et cofondateur d'Hedera Hashgraph, s'est exprimé à propos du lancement et des objectifs futurs :

Nous allons déployer les fonctionnalités que nous avons récemment décrites afin d'améliorer le réseau et ses performances, y compris le Hedera Consensus Service, les nœuds miroirs et le sharding. Le Conseil d'administration continuera de croître, passant de 10 membres aujourd'hui à 39 organisations mondiales de premier ordre lors de la pleine capacité.

Après le lancement réussi du réseau, la plateforme commencera la distribution des HBAR, le token natif du Hedera Hashgraph. Plus de 379 millions de tokens HBAR seront transférés aux premiers investisseurs qui ont participé à la vente au public de 124 millions de dollars qui a eu lieu en 2018.

De plus, ce sont 1,95 million de tokens supplémentaires qui seront remis aux advisors et autres participants du projet. Le reste de l'approvisionnement de 50 milliards de HBAR sera libéré sur le réseau au cours des 15 prochaines années par le Conseil d'administration. De nombreux exchanges ajouteront le HBAR sur leur plateforme, dont certains importants comme UpBit, Liquid, OKEx et Bittrex.

Le Conseil d'administration d'Hedera se compose d'entreprises mondiales telles que IBM, Nomura Holdings, le géant aéronautique Boeing, la société indienne de télécommunications Tata Communications et d'autres.

Au conseil de Hedera, chaque membre gère son propre nœud via Hashgraph. Cela permet d'obtenir les avantages de base d'une blockchain tels que la décentralisation et la sécurité, sans les inconvénients majeurs liés aux blockchains comme la faible scalabilité.

 

Afin d'en savoir plus sur Hedera Hashgraph et ce pour quoi ce projet peut potentiellement faire de l'ombre aux blockchains classiques, n'hésitez pas à consulter notre dossier complet sur le sujet qui apportera toutes les réponses à vos questions.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments