Le gendarme financier britannique, la FCA, a vu les enquêtes liées aux cryptos augmenter de 74 % en 2019, comme l’indique un article du Financial Times rapporté par CoinTelegraph. Le marché des crypto-actifs devient de plus en plus contrôlé au Royaume-Uni.

 

La FCA a traité plus d’enquêtes cette année

C’est le cabinet d’avocats Pintent Masons qui a récemment révélé ce chiffre. En 2018, seules 50 enquêtes cryptos avaient été traitées par la Financial Conduct Authority (FCA) britannique. En 2019, ce chiffre a bondi jusqu’à 87, et il devrait encore augmenter d’ici à la fin de l’année. Selon le Financial Times, ce chiffre inclut à la fois les enquêtes préliminaires et les enquêtes plus poussées effectuées en collaboration avec les forces de l’ordre.

Pour David Heffron, un associé de Pintent Masons, ce chiffre reflète l’intérêt toujours croissant de la FCA pour le domaine des crypto-actifs. Le régulateur financier souhaite surveiller de plus en plus près un domaine qui restait ces dernières années largement non régulé. Selon Heffron, ce coup de projecteur est une bonne nouvelle pour le marché : « Pour les entreprises cryptos qui agissent conformément à la loi, ces statistiques seront encourageantes – elles souhaitent que les mauvais acteurs du marché soient écartés ».

Il faut dire qu’il y a de quoi faire : en mai dernier, la FCA avait publié une mise en garde. Selon ses données, les arnaques cryptos et Forex avaient triplé en 2018-2019. Ce sont plus de 27 millions de livres (GBP) qui auraient été perdus par les investisseurs sur la période. Les arnaques, très élaborées, visaient en priorité les novices en cryptodevises, notamment par l’utilisation de fausses publicités.

 

Quel statut pour les cryptodevises au Royaume-Uni ?

Au Royaume-Uni, le statut des cryptodevises a été clarifié ces derniers mois. La FCA a publié une note suite à la consultation publique qui a eu lieu avant l’été. Les monnaies virtuelles décentralisées, comme le BTC, ne sont pas soumises à son autorité. Mais d’autres dérivés des cryptos pourraient eux être régulés par le gendarme financier britannique. En juillet, ce dernier considérait ainsi l’interdiction pure et simple des contrats à terme, tels qu’ils sont proposés notamment par Bakkt.

Mais il reste peu probable que les choses changent d’ici à l’échéance du Brexit, au 31 octobre. Un « hard Brexit » sans accord pourrait rebattre les cartes et peut-être propulser les cryptoactifs sur le devant de la scène. Pour certains, ils seraient même une solution pour mitiger les effets de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. En attendant, l’incertitude règne.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments