Le gas, un carburant précieux pour Ethereum

Le gas est une unité virtuelle qui permet de représenter les coûts informatiques d’une opération sur le réseau Ethereum. La quantité utilisée donne donc une bonne indication de la santé de la blockchain, et elle montre également lorsque celle-ci arrive à capacité. Comme on le voit sur les données rassemblées par Etherscan, l’usage du gas a progressé fortement depuis le début de l’année 2020, grâce notamment à l’explosion du secteur de la DeFi :

Coûts gas réseau Ethereum 2020

Source : Etherscan.io

Si cela confirme le problème de scalabilité du réseau Ethereum, cette utilisation croissante montre cependant qu’il est de plus en plus utilisé. Mais il serait trompeur de considérer cette évolution uniquement comme un signe de la progression de la DeFi et des autres activités légitimes.

👉 Lisez notre guide pour en apprendre plus sur le secteur de la DeFi

 

Découvrez l’ETH sur Binance »

 

Des scams qui représentent une part importante du gas utilisé

Comme l’a souligné le média Crypto Briefing, la congestion du réseau Ethereum est en effet en partie due à des arnaques de type système de Ponzi. En particulier, des « projets » comme Forsage, Lion’s Share, ou encore l’arnaque Ponzi MMM, dont nous vous avions parlé récemment. En juillet, ces smart contracts douteux ont représenté 5 600 ETH de frais en gas… C’est-à-dire 10% de l’utilisation totale du gas sur le réseau. Au final, ces scams utilisent les mêmes ressources que Tether (USDT), le stablecoin qui a lui aussi connu une croissance remarquée ces derniers mois.

Le problème, c’est que la présence de ces systèmes de Ponzi serait déjà notable sur un réseau plus scalable. Mais sur Ethereum, qui a déjà bien du mal à optimiser ses ressources, cela devient carrément problématique. Une blockchain qui peine depuis maintenant plusieurs années à être suffisamment efficiente à grande échelle ne peut pas se permettre ce type d’utilisations.

Et cela crée un autre souci : les coûts en gas sont augmentés à cause de la congestion créée. Cela veut dire que les utilisateurs d’Ethereum vont payer plus cher leurs transactions directement à cause de ces arnaques. Dernier aspect problématique de cette tendance : elle fausse les performances du réseau. Bien qu’Ethereum affiche une forme impressionnante ces derniers mois, il faut en effet amputer un bon nombre de transactions pour avoir des chiffres qui ne prennent en compte que ses usages « légitimes ». À défaut d’éliminer les scams, il faut donc espérer que le passage vers Ethereum 2.0 donne plus d’aisance aux smart contracts légitimes afin qu’ils prennent plus de place.

👉 Pour aller plus loin, lisez : Ethereum - seuls 10% des frais de transaction sont utilisés pour échanger de l’ETH

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation

Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments