Les autorités peinent à obtenir le mot de passe d'un portefeuille Bitcoin

En Allemagne, les autorités tentent de mettre la main sur les 1 700 bitcoins (BTC) d'un criminel, soit l'équivalent de 65 millions de dollars à l'heure de l'écriture de ces lignes. Seul problème et non des moindres, elles ne peuvent pas accéder aux BTC du criminel, celui-ci refusant catégoriquement de donner le mot de passe de son portefeuille.

Condamné pour avoir secrètement installé des logiciels sur d'autres ordinateurs afin d'exploiter leur puissance pour miner des bitcoins, l'homme incriminé semble déterminé à ne pas donner son mot de passe aux autorités.

Comme le média Reuters le rapporte, l'homme en question a été condamné à deux années de prison et a depuis lors purgé sa peine. Il a toutefois gardé le silence pendant tout ce temps, sans jamais donner le moindre indice en ce qui concerne le mot de passe de son portefeuille.

« Nous lui avons demandé, mais il n'a rien dit », a déclaré le procureur Sebastian Murer à Reuters. « Peut-être qu'il ne sait pas », a-t-il ajouté naïvement.

👉 Découvrez les différentes méthodes pour sécuriser et stocker vos cryptomonnaies

📈 Retrouvez le cours du Bitcoin

Un HODL forcé qui rapporte…

D'après la source de Reuteurs, la police locale s'est assurée que l'homme ne puisse plus accéder à son portefeuille numérique, sans donner plus de détails. La police allemande a-t-elle simplement confisqué l'ordinateur du criminel sans connaître le fonctionnement de Bitcoin ?

En effet, si l'homme se souvient bel et bien de son mot de passe (ou plutôt de sa seed), il lui suffit de télécharger ce portefeuille numérique sur n'importe quel autre support et de reprendre la main sur ses BTC. À l'aide de sa phrase de récupération composée de 12 ou 24 mots, l'homme peut accéder à ses fonds comme il le souhaite.

« Contrairement au système bancaire, Bitcoin permet de réellement posséder son argent de manière numérique, et cela grâce à la connaissance d'une information, de sorte qu'il impossible pour autrui de s'emparer de nos bitcoins si nous protégeons suffisamment bien cette information. Ici, le criminel a pu conserver sa fortune malgré tous les recours des autorités, notamment grâce au fait que la torture est fondamentalement prohibée au sein des pays occidentaux », souligne Ludovic Lars, expert technique sur Bitcoin.

Comme un portefeuille physique, perdre l'accès à son portefeuille numérique ne signifie en aucun cas que les cryptomonnaies qu'il « contient » sont elles aussi perdues. Aussi longtemps que l'on se souvient de sa phrase de récupération, les fonds peuvent être récupérés.

S'il s'avère que la police a véritablement oublié de prendre en compte ce « léger » détail, le criminel peut pleinement retrouver ses BTC et profiter de sa nouvelle richesse. Quoiqu'il en soit, les deux années passées derrière les barreaux l'auront forcé à HODL ses bitcoins minés de manière frauduleuse.

« Que l'on considère que cela soit bien ou mal, je trouve que cet exemple nous montre toute la puissance de Bitcoin », ajoute Ludovic Lars.

Une histoire qui se termine donc plutôt bien pour l'homme incriminé, qui pourra très certainement récupérer ses BTC et profiter de sa fortune sans se soucier de la police locale…

👉 Sur le même thème - Son wallet contient 240 M$ en Bitcoin… Mais il ne lui reste que deux tentatives pour y accéder

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Nick holiday

La torture aurait été un bon moyen de récupérer le pass ....mais 1700 BTC Holly Fuck...

Remi

Très bon article, mais faut se relire quand même avant de publier, ça fait pas sérieux