Civic, un service d’identité numérique

Comme l’explique un communiqué de l’entreprise, Civic Wallet était jusque là disponible en version Beta, mais il est maintenant accessible pour tous sur les services d’Apple et Google. Le wallet est basé sur l’identité de la personne qui détient les fonds : elle peut prouver qu’elle détient les cryptos stockées sans avoir besoin d’utiliser une phrase de récupération (seed) ou un mot de passe.

Pour cela, l’application crée un mapping en 3D du visage de la personne, puis elle l’associe au compte en question, ainsi qu’à un document d’identité officiel. Une fois l’association faite, l’utilisateur est à même de prouver son identité, sans avoir à transmettre directement de document d’identité, grâce à des smart contracts d’Ethereum. Par exemple, une personne pourra prouver son âge afin de commander une boisson dans un bar, sans révéler son nom, son adresse ou toute autre information sensible contenue sur son document d’identité.

👉 Plus d’informations dans notre dossier sur les services d’identité décentralisée

 

Appliquer la blockchain aux tests du coronavirus

Civic a également annoncé un partenariat avec Circle Medical. Cela permettra de mettre en place un système pour permettre aux utilisateurs de prouver qu’ils ont été testés au coronavirus, sans révéler d’information sensible. Par exemple, une personne pourra accéder à un lieu restreint (un stade, une entreprise…) en prouvant qu’elle a bien été dépistée, sans qu’aucun lien ne soit fait entre ce dépistage et son identité. C’est ce que l’application appelle « proof-of-health », bien que ça n’ait rien à voir avec la proof-of-stake et la proof-of-work.

L’entreprise testera cette fonctionnalité dans la région de San Francisco, avant de le proposer à un public plus large. Le service fonctionne comme pour l’application « de base » de Civic : les informations d’identification et de test sont stockées au niveau local sur l’appareil mobile de l’utilisateur. L’application envoie ensuite la preuve qu’elles sont présentes et conformes, sans donner plus d’information sur ce qu’elles contiennent. L’application sera initialement proposée aux entreprises de plus de 500 employés, afin de limiter la propagation du coronavirus.

 

Civic n’est pas la seule entreprise a avoir commencé à exploiter ce filon. En France, la solution C.A.R.E d’Unikname propose des services similaires. Block.One, qui gère Eos, avait également donné 50 000 dollars à une application qui permet de transmettre des résultats de tests du coronavirus aux chercheurs sans dévoiler l’identité de la personne dépistée. Reste donc à voir quel projet blockchain émergera de manière durable dans ce nouveau domaine.

👉 Retrouvez toute l’actu de la blockchain

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments