Cet article est écrit en partenariat avec Synaps (en savoir plus)

Synaps présente son protocole d’identité décentralisée Anima

Anima est un protocole permettant de créer une identité numérique décentralisée (dID). Celle-ci peut être utilisée à l’infini sur les différents services nécessitant une identification ou un processus de Know Your Customer (KYC).

Ce protocole Web 3.0 est développé par la société française Synaps, elle-même déjà spécialisée dans la mise à disposition de solutions de KYC.

Synaps possède de nombreux clients comme les Français Just Mining et Deskoin et accompagne de nombreux launchpads tels que Polkastarter, Solanium, Solstarter, Starterra ou BHero pour ne prendre que ces quelques exemples.

Nous allons donc voir en quoi Anima offre un gain de temps et un confort d’utilisation supplémentaire lors de nos interactions avec des applications blockchain. De plus, grâce à un chiffrement et un stockage décentralisé, ce protocole offre une protection à nos données personnelles et respecte notre vie privée.

La problématique actuelle des KYC

Les vérifications KYC actuelles ne sont agréables ni pour l’utilisateur ni pour le fournisseur de service.

Elles représentent un coût pour l’application devant mettre en place ce contrôle. Un coût de fonctionnement certes, mais surtout un coût supplémentaire d’acquisition de clients. En effet, devoir répéter sans cesse cette procédure d’envoi de documents d’identité, de prouver son lieu de résidence et de se prendre en selfie pour confirmer que l’on est humain peut faire fuir.

Une fois ceci fait, il faudra ensuite patienter le temps que tout le processus soit validé avant de pouvoir interagir pleinement avec un protocole.

De plus, en tant qu’utilisateur, on peut vite se sentir espionné et légitimement se demander ce qu’il sera fait de nos données alors que le Web 3.0 est pourtant censé nous réapproprier le contrôle de celles-ci.

Et toutes ces contraintes pourraient encore s’accentuer à mesure que le cadre règlementaire autour de la blockchain et des cryptomonnaies se durcit.

La solution apportée par Anima

Un gain de temps conséquent

Anima est une identité décentralisée fondée sur les prérequis d’un KYC. Cette identité certifiée peut ainsi être utilisée pour valider instantanément les KYC et ne plus avoir à en repasser. Le premier avantage qu’apporte Anima est donc un gain de temps considérable.

Pour reprendre l’exemple de Florian Le Goff, PDG de Synaps, c’est comme si l’on ne passait plus qu’un seul contrôle d’aéroport valable pour toute notre activité sur le Web 3.0. En d’autres termes, on pourrait également voir son Anima comme le bracelet, qui nous est fourni à l’entrée d’un festival et nous dédouane ensuite d’un nouveau contrôle de billet.

En créant son Anima, on crée donc en quelque sorte son double numérique représentant notre identité sur Internet.

Cela apporte un confort à l’utilisateur qui n’aura plus à refaire toutes les étapes de vérifications KYC à chaque nouveau protocole. L’Anima faisant foi, les applications décentralisées restent ainsi en conformité avec la règlementation, sans pour autant faire fuir de potentiels clients.

Comment créer votre identité décentralisée avec Anima ?

Rendez-vous dans un premier temps sur l’application Anima, puis cliquez en haut de la page sur « Create an Anima ».

Créer un Anima

Figure 1 : Créer son Anima

 

Vous devrez effectuer une première signature avec votre portefeuille MetaMask, puis vous serez dirigé vers le menu ci-dessous où il faudra à nouveau cliquer sur « Create an Anima » :

Création Anima

Figure 2 : Menu de création de son Anima

 

Vous aurez ensuite à effectuer une procédure habituelle de KYC. Quand vos documents auront été vérifiés, vous pourrez alors avoir accès à votre Anima.

Vérification KYC

Figure 3 : Vérification KYC

 

Lors de l’écriture de ces lignes, la solution ne fonctionne que sur MetaMask, sans hardware wallet, mais nous n’en sommes qu’au début du protocole et d’autres portefeuilles numériques viendront s’ajouter. L’équipe a précisé que les portefeuilles Ledger seront bientôt pris en charge.

Des données sécurisées

L’autre aspect d’Anima, et qui est certainement le plus important, est la sécurité des données et par extension, la reprise du contrôle sur celles-ci.

Premièrement, il convient de préciser que Synaps, développant le protocole Anima, n’a pas accès à nos informations décentralisées. En effet, elles sont chiffrées avec la clé publique de notre wallet et ne peuvent être déchiffrées qu’avec la clé privée de celui-ci de telle manière que nous seuls y avons accès. Ces informations chiffrées sont ensuite conservées sur le réseau de stockage décentralisé Aleph.im.

L’Anima se crée sur la blockchain Ethereum (ETH), mais il n’y a pas à s’inquiéter d’éventuels frais de gas, car il s’agit uniquement de signatures et non de transactions.

Déchiffrer Anima

Figure 4 : Menu de gestion de son Anima

 

Comme on peut le constater ci-dessus, les données que l’on fournit sont effectivement chiffrées et le seul moyen d’y avoir accès est d’effectuer une signature avec notre portefeuille.

Dévoiler le strict nécessaire

Dans la continuité de cette sécurisation de données, Anima se place en surcouche de protection entre nos informations personnelles et les différentes applications que nous sommes amenés à utiliser. Ainsi, nous ne révélons que ce qui est nécessaire.

Pour prendre un exemple concret, les plateformes de lancement de tokens (launchpad) sont fermées aux citoyens de certains pays. Dans ce cas, nous sommes donc obligés d’effectuer un KYC en transmettant nos documents d’identités pour prouver que nous résidons dans un pays autorisé par la plateforme.

Avec Anima, cela n’est plus obligatoire, car sans avoir à révéler notre nationalité, une signature de notre clé privée permet d’authentifier que nous ne sommes pas un résident de tel ou tel pays, parce que cette vérification a déjà été faite en amont.

Au-delà de l’aspect blockchain et cryptomonnaies, c’est une innovation qui pourra s’exporter dans de nombreux domaines. La restriction à certains pays n’est en effet pas l’apanage de notre écosystème et l’on pense, par exemple, à l’accès à des sites Internet où la majorité est requise pour pouvoir y accéder.

Conclusion sur Anima et sa technologie

En vue d’un futur lancement de token, Anima a également mis en place des liens d’affiliations, pour inciter les utilisateurs ayant déjà décentralisé leur identité à partager cette nouveauté à leur réseau. Cela engendrera un décompte qui sera considéré lors d’un airdrop à venir.

Comme nous avons pu le voir, la solution Anima, propulsé par Synaps, se pose en réelle innovation. Si celle-ci arrive à être acceptée par les différents acteurs du secteur, elle offrira un réel confort d’utilisation face aux KYC actuels.

De plus, elle pourra être l’une des ambassadrices des solutions d’identité décentralisée nous offrant un contrôle sur nos données personnelles, et ce, à l’exact opposé de ce qui a pu se faire sur Internet jusqu’à maintenant.

Anima est avant tout un moyen de réconcilier confidentialité et conformité pour permettre à chacun de ne partager que ce qui est nécessaire.

👉 Visitez le site Anima pour découvrir le protocole

Réseaux sociaux & liens utiles

Twitter Telegram YouTube Site internet Medium

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ceci est un article sponsorisé et rémunéré. Cryptoast a fait des recherches préalables sur les produits ou services présentés sur cette page mais ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Vincent Maire

twitter-soothsayerdata

Je découvre timidement le monde de la blockchain fin 2018 lors de ma quête de liberté financière. D'abord investi modérément, ce n'est que deux ans plus tard que je prends le pari de tout miser sur le mouvement qui se dessine alors. Je consacre ensuite 2021 à mieux me former pour acquérir plus de connaissances et de sérieux. Comme j'aime souvent le dire : j'ai encore un milliard de choses à apprendre. Et ce que je sais, je souhaite le partager avec vous.
Tous les articles de Vincent Maire.

guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
ChrisTus

Quid de la sécurité du site, car avec un kyc on peut faire beaucoup de chose, c'est dur de donner toutes ses info sensibles à une plate-forme inconnu....