Le cofondateur de l’Ethereum (ETH) Vitalik Buterin a proposé une solution pour anonymiser le réseau Ethereum de manière plus poussée. Son idée permettrait de créer un mixeur dédié spécifique à la technologie de l’ETH. Ce nouveau projet pourrait s’intégrer à la série d’innovations prévues pour la transition vers l’Ethereum 2.0.

 

Anonymiser le réseau de l’Ethereum

C’est dans un billet de blog intitulé « Nous devons faire un premier pas vers plus d’anonymat » que Vitalik Buterin a développé son idée. Il propose un « mixeur simple », qui devrait permettre de cacher les adresses Ethereum utilisées lors de l’envoi de fonds. Comme le rappelle Buterin, la méthode actuelle, qui consiste à utiliser un seul compte pour les envois et réceptions de fonds, ne fournit pas assez d’anonymat. Et ce, même si on utilise plusieurs adresses : « [L’anonymat] peut être amélioré en utilisant des adresses multiples, mais seulement jusqu’à un certain point. Les transactions que l’on effectue en envoyant de l’ETH sur ces adresses révèlent le lien entre les deux. »

Pour contrer cela, le créateur de l’Ethereum compte utiliser deux contrats intelligents (smart contracts) distincts. D’une part le « mixeur », de l’autre le « registre relai », qui gèrera les adresses IP. La mise en place de cette fonctionnalité ne nécessiterait pas de changement d’ampleur au niveau du protocole qui gère le réseau Ethereum. Le seul désavantage est qu’il nécessiterait de payer un frais d’anonymisation en gas, ce qui pourrait faire hésiter les utilisateurs.

 

Toutes les cryptos vont-elles devenir anonymes ?

Selon Vitalik Buterin, une anonymisation ne servirait pas uniquement à protéger la vie privée des utilisateurs. Il admet qu’il existe « De grands problèmes liés à la vie privée sur l’écosystème de l’Ethereum ». Selon lui, cela empêche fortement l’adoption de certaines applications, et donc la démocratisation du réseau. Buterin n’est pas le premier à se soucier d’anonymat. De plus en plus d’altcoins tendent à miser sur ce type de technologies pour leurs utilisateurs.

Mais ce n’est pas le cas de tous. Il y a quelques jours, le président de Ripple (XRP) était même allé à l’inverse de la tendance lors d’une interview auprès de Recode Decode. Il avait alors estimé que les transactions anonymes destinées à éviter le contrôle des autorités et des gouvernements étaient vouées à l’échec, à cause de leur association avec le blanchiment d’argent. Une estimation peu surprenante quand on connaît la stratégie de Ripple, qui souhaite séduire avant tout les banques et les gouvernements. Reste à voir quelle conception des cryptodevises l’emportera dans les années à venir.

 

Source image: Romanpoet via Wikimédia (CC BY-SA 4.0)

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments