Le trading de cryptomonnaies est désormais illégal en Iran

 

Iran Bitcoin

 

Acheter et vendre des cryptomonnaies comme le Bitcoin (BTC) devient illégal en Iran, a déclaré un haut responsable du gouvernement, selon un rapport de l’agence de presse locale Tasnim News le 8 juillet.

 

Le trading puni d’une peine d’emprisonnement

Le vice-gouverneur pour les nouvelles technologies, Nasser Hakimi, a déclaré lundi que le Conseil Suprême de la lutte contre le blanchiment d’argent avait interdit le commerce du Bitcoin et des autres crypto-actifs. Il a mis en garde les utilisateurs iraniens de cryptomonnaies contre les risques juridiques liés à l’investissement dans des actifs non souverains, qui pourraient les exposer à une peine d’emprisonnement de 2 à 5 ans et à des amendes en cas de soupçon de blanchiment de capitaux. M. Hakimi a jouté :

Je mets aussi en garde contre les publicités et les marketeurs des entreprises du réseau de style pyramidal qui font la promotion du Bitcoin comme un arbre à pièces d’or dans les aventures de Pinocchio.

 

Les commentaires d’Hakimi arrivent à un moment où l’Iran poursuit sa répression contre les cryptomonnaies, en particulier envers le Bitcoin. Au cours des dernières années, certains mineurs ont afflué en Iran en raison des faibles coûts de l’électricité dans le pays.

La semaine dernière, l’État a fait fermer deux grandes fermes minières dans des usines abandonnées. Environ 1 000 machines de mining ont été saisies. Le mois dernier, Iran Daily avait affirmé que les fermes minières en Bitcoin étaient responsables d’une augmentation de 7% de la consommation d’énergie dans le pays, ce qui avait alarmé les autorités. Les autorités iraniennes ont alors accusé des mineurs chinois d’exploiter l’électricité relativement bon marché du pays.

 

Vers une cryptomonnaie souveraine ?

Malgré l’interdiction des échanges des cryptomonnaies, l’Iran a rédigé l’année dernière un projet de loi sur l’adoption éventuelle d’une monnaie nationale numérique pour faciliter le commerce avec les pays avec qui il leur est toujours possible de commercer.

En paralysant les sanctions américaines, le commerce du dollar est pratiquement impossible et le Conseil Suprême du Cyberespace du pays estime que l’introduction d’une cryptomonnaie nationale pourrait aider à contourner ces sanctions.

La semaine dernière, Cuba a annoncé vouloir lui aussi mettre en place une cryptomonnaie souveraine afin de contourner les sanctions financières américaines qui se sont durcies avec le gouvernement Trump. En effet la cryptomonnaie serait un moyen d’échapper à la nécessité d’utiliser le dollar pour les échanges internationaux, offrant beaucoup plus de liberté et d’indépendance aux différents pays utilisant cette alternative.

 

Plutôt que d’accepter la cryptomonnaie et le mining du Bitcoin, l’Iran fait le choix de complètement en interdire l’utilisation. Lorsqu’on prend en compte la situation économique du pays avec son importante inflation qui sévit depuis des années, le mining aurait pu apporter une certaine source de revenus à l’état en promulguant une régulation qui serait toujours attractive pour les mineurs. Mais le gouvernement ne semble pas vraiment y apporter une quelconque importance.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar