Le propriétaire aujourd'hui décédé de l'ancien exchange canadien QuadrigaCX, Gerald Cotten, aurait transféré des fonds d'utilisateurs hors de la plateforme et les aurait utilisés comme garantie pour ses propres opérations de trading sur marge sur d'autres plateformes. La nouvelle a été révélée dans le cinquième rapport du contrôleur judiciaire Ernst & Young (EY), déposé le 19 juin devant la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse.

 

Une stratégie bien élaborée

Le rapport a constaté qu'une vaste somme de crypto-actifs avait été transférée des wallets de l'exchange QuadrigaCX vers des wallets exploités par des plateformes « concurrentes ». Tous ces wallets auraient été contrôlés par Cotten lui-même, entre 2016 et 2018. La grande majorité des transferts ont eu lieu sous l'alias « Chris Markay » de Cotten.

Plus précisément, 9 450 bitcoins (BTC), 387 738 éthers (ETH) et 239 020 litecoins (LTC) auraient été transférés de QuadrigaCX de cette façon, et ces transferts auraient entraîné des « pertes majeures » sur les marchés au comptant et sur marge.

Une somme supplémentaire de 21 501 bitcoins aurait également été transférée dans un wallet d'un autre exchange contrôlé par Cotten, bien que l'on ignore exactement quelle part de cette somme provient des wallets de QuadrigaCX. La proportion n'est pas connue parce que le wallet est détenu dans un lieu à l'étranger qui n'est pas tenu de se conformer aux demandes d'EY pour obtenir tous les détails comptables. EY a toutefois ajouté que cette information a été communiquée aux autorités chargées de l'application de la loi de la juridiction non spécifiée.

En outre, Cotten aurait créé de faux comptes « identifiés » sur QuadrigaCX sous de multiples pseudonymes « dans lesquels des dépôts non pris en charge ont été déposés et utilisés pour effectuer des transactions sur la plateforme ». Selon Ernst & Young, cela s'est traduit par « des revenus gonflés, des transactions artificielles avec les utilisateurs et, en fin de compte, le retrait de la cryptomonnaie déposée par les utilisateurs ».

 

De l'argent irrécupérable

La perte totale pour les 76 000 utilisateurs de la plateforme représente environ 162 millions de dollars. Il est fort probable que ceux-ci aient perdu leur argent pour toujours.

Lorsque le CEO est décédé, sa veuve a affirmé que la plupart des fonds des utilisateurs étaient stockés dans plusieurs cold-wallets dans un ordinateur portable crypté. Malgré cela, l’enquête n’a jusqu’à présent révélé que des cold-wallets vides, sans activité depuis 2018.

Quoi qu'il en soit, le syndic cherchera à récupérer et à liquider les actifs restants de Cotten, y compris les biens immobiliers, plusieurs véhicules et des titres d'une valeur d'environ 12 millions de dollars pour rembourser les créanciers de Quadriga.

Bien qu'on ne sache toujours pas s'il s'agissait d'un exit scam élaboré ou d'un stratagème de Ponzi de longue date qui a été mis au jour par une mort prématurée, une chose demeure certaine : des dizaines de millions de dollars ont disparu.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments