When Lambo ? - La startup italienne BITSTAMPS a annoncé un partenariat avec Lamborghini pour la fabrication d'une gamme de timbres numériques à l'effigie des voitures les plus luxueuses de la marque.

Le caractère unique de chacun de ces timbres numériques de collection est garanti par une blockchain.

 

Une Lamborghini numérique de collection

Le premier timbre numérique de cette collection est consacré à la Huracan EVO RWD Spyder, un nouveau modèle que Lamborghini a dévoilé ce mois-ci.

Le timbre sera émis en édition limitée et numérotée à 20 000 exemplaires. Le prix initial de la vente d'un timbre est fixé à 9,99 euros, soit 215 325 euros de moins que le modèle réel.

Chaque timbre est un objet numérique "unique", dont l'histoire et le caractère unique sont garantis par la technologie de la blockchain. Le timbre peut être acheté, collectionné ou revendu exactement comme un timbre en papier. La collection fonctionne exactement de la même manière : vous pouvez l'admirer, vérifier son évolution, offrir des timbres en cadeau ou les revendre, précise Lamborghini.

En effet, avec l'application mobile de BITSTAMPS, les utilisateurs ont la possibilité d'acheter, de vendre et d'échanger leurs timbres numériques. À terme, la startup prévoit de numériser pas moins de 29 des voitures les plus emblématiques du célèbre fabricant.

L'idée de la startup est de créer une véritable place de marché pour ces timbres numériques et de promouvoir leur intérêt auprès des philatélistes :

Application BITSTAMPS

Aperçu de l'application BITSTAMPS

Malheureusement, il n'est pas encore possible de se procurer ce timbre en payant avec du Bitcoin (BTC) ou d'autres cryptomonnaies. Seule la carte bancaire est acceptée par BITSTAMPS pour le moment.

 

L'essor des crypto-collectibles

Ces timbres numériques sont un exemple parmi tant d'autres de la numérisation d'objet ou de personnes en utilisant la blockchain. Généralement conçus sous la forme de tokens non fongibles (NFTs), les objets numériques de collections ont de plus en plus la côte, surtout dans l'art.

En effet, la tokenisation des œuvres d'art ouvre de nombreuses possibilités pour cette industrie, généralement réservée à une certaine élite.

Grâce aux NFTs, une oeuvre d'art peut ainsi être divisée en de nombreuses parties égales dont la propriété peut être acquise par n'importe qui sans nécessairement dépenser une importante somme.

En parallèle, le monde du sport s'intéresse aussi à cette nouveauté afin de renforcer l’interaction de son public. Ainsi, en février dernier, la startup à l'origine du célèbre jeu blockchain CryptoKittiesDapper Labs, s'est associée à l'Ultimate Fighting Championship (UFC).

Le but de ce partenariat est de tokeniser les plus célèbres combattants de l'UFC et de créer un véritable espace de collection numérique pour les fans.

👉 Pour aller plus loin : Les œuvres d'art tokenisées du peintre muraliste Pascal « PBOY » Boyart

 

Bien que cette Lamborghini soit numérique, le célèbre meme « When Lambo »  devient -  dans une moindre mesure - une réalité.

Reste à attendre que le « When Moon » se réalise aussi pour - peut-être - certains chanceux trader puissent se procurer une version physique.

En attendant, vous pouvez calculer sur le site Crypto-to-Lambo le nombre de BTC nécessaires pour acheter le modèle de vos rêves...

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Poster un Commentaire

avatar