Crypto Brunch – 11 Août 2019

 

Bonjour et bienvenue dans le Crypto Brunch. Je partage avec vous chaque dimanche un condensé de l’actualité crypto de la semaine.

C’est parti ! 😃

  1. Les nouveaux concurrents de Ripple
  2. Les impôts lancent la chasse
  3. Vol d’identités chez Binance
  4. Israël : En quête d’une solution
  5. Bitcoin, 11ème monnaie mondiale

Les nouveaux concurrents de Ripple

 

Crypto Ripple (XRP) - Logo Cryptoast

 

Ripple a comme mérite d’attirer l’attention sur une utilisation très concrète des blockchains : le paiement instantané et à très faible coût.
Après le JPM Coin, c’est au tour de deux autres organismes de tenter leur chance dans ce secteur.

La FED (banque centrale des États-Unis), se penche sur un système de paiement international, instantané, en continu et ouvert à tous. L’objectif serait de rattraper le retard face aux puissances économiques concurrentes et de se prémunir du danger des monnaies alternatives à l’instar des Libra ou des crypto-monnaies. Celles-ci proposent déjà de tels services.
La décision est probablement due à l’écho médiatique de Libra. Cette dernière a réveillé toute les craintes de certains organismes étatiques, de voir le dollar américain perdre de sa superbe. À savoir que Ripple Labs avait rejoint en Juin dernier le groupe de travail de la FED pour développer ce système. À voir si Ripple aura juste participé ou aura été plus loin.

Les banques de la Réserve fédérale développeront un service de paiement et de règlement en temps réel et sans interruption appelé FedNow Service, qui permettra des paiements plus rapides aux États-Unis.”

Le second concurrent récemment annoncé est Allianz, le premier assureur européen et le quatrième gestionnaire d’actifs au monde. Ils lanceront un jeton pour les paiements, basé sur une blockchain. À l’instar de JPM Coin il sera adossé au dollar américain. Le projet est à un stade avancé de développement et servira à simplifier et accélérer les paiements pour les clients de l’entreprise à travers le monde.

Ces deux projets rejoindront Goldman Sachs, Walmart, Signature Bank et plusieurs autres entreprises qui se lancent dans le paiement à l’international. Il y a du souci à se faire pour Ripple.

Concernant l’actualité de l’entreprise, MoneyGram a enfin lancé les transactions sur xRapid. Ceci fait suite à un partenariat en juin dernier où Ripple investissait 50 millions de dollar dans l’entreprise en payant trois fois le cours de l’action. L’utilisation de xRapid par MoneyGram est cependant limitée au système de MoneyGram, ce qui ne devrait pas créer de demande pour le jeton.
Autre news de Ripple, une pétition est en cours pour faire pump le XRP. Oui, oui, vous avez bien lu. 😀

Plus d’informations sur le sujet : La Réserve fédérale américaine lancera un réseau de paiement modernisé


Les impôts lancent la chasse

 

HMRC impôts

 

Au Royaume-Uni, le service des impôts a émit des demandes d’informations sur les comptes clients des principaux exchanges présents au Royaume-Uni. Ces informations comportent le nom et l’historique de transactions des utilisateurs de Coinbase, eToro et CEX.IO.
L’objectif est évidemment de permettre l’imposition des résidents britanniques n’ayant pas déclaré leurs gains en crypto-monnaie. Selon une source proche du projet l’historique devrait revenir sur les trois dernières années écoulées afin d’y appliquer les taxes nécessaires. Il serait effectivement difficile de remonter dix ans en arrière.

Cette décision de l’HMRC (service des impôts) est légitime et attendue. Les États-Unis et le Canada les ayant par exemple précédé afin de déceler les potentiels fraudeurs fiscaux.
Les États s’intéressent finalement à la fiscalité des crypto-monnaies, petit à petit la surveillance se fait croissante afin de civiliser le far-west que représente le commerce de cryptos. Le G-20 a été la première étape.
En France, une loi sera appliquée dès janvier prochain. Tout compte crypto non déclaré entraînerait une amende de 750€ dans la limite de 10 000€ au total. Un souci de taille pour beaucoup d’entre nous. Que ce soit à cause du grand nombre d’exchanges utilisés, ou simplement à cause de l’opacité de la déclaration.

Plus d’informations sur le sujet : Le service des impôts britanniques fait la chasse aux fraudeurs sur les exchanges


Vol d’identités chez Binance

 

Crypto BNB Binance Coin

 

Au 7 août dernier, un groupe Telegram a fait son apparition. Il publiait un millier de selfies que des utilisateurs Binance ont transmit en février 2018 à l’exchange en guise de KYC.
Il s’avère que ce groupe était constitué en représailles à Binance qui n’avait pas accepté de payer un pirate informatique (Platon). Celui-ci détenait des informations conséquentes sur le vol de 7000 BTC ayant eu lieu en mai. Binance avait effectivement refusé de respecter l’accord passé et de payer le pirate de la somme convenue pour les informations sur les voleurs, Platon ayant par la suite partagé des selfies d’utilisateurs récupérés lors de ce piratage. Binance accuse le hacker d’extorsion et refuse donc de le payer, proposant même une récompense de 25 BTC à quiconque peut le retrouver.

Les photos partagées viennent apparemment toutes d’une société tierce qu’a utilisé Binance lors de l’afflux de nouveaux clients, juste après la bulle. Ce ne serait pas moins de 60 000 images qui sont à risque.
Quelques irrégularités sont cependant présentes, il semble que certaines photos ait été éditées sans que l’ont sache pourquoi. L’un des selfie montrant par exemple une adresse ne correspondant pas à ce que l’individu avait partagé à Binance.
Un long article de Coindesk retrace les évènements et les conversations ayant eu lieu. Selon Platon, le piratage des 7000 BTC a été permit par un collaborateur interne à Binance qui aurait dévoilé publiquement des clés API. Celles-ci donnant accès à distance à des comptes Binance.
Après le vol, plus de 2000 BTC aurait été blanchis sur BitMex, Yobit, KuCoin et Huobi afin de convertir plus d’un million de dollar par jour de BTC.

La raison du partage massif de selfies d’identité a été expliqué par la suite :

“Les gens me demandent “Pourquoi est ce que tu partages ces photos KYC ?”, “Comment les as-tu obtenu ?” La raison pour laquelle je les partage est simple : Pour prévenir les utilisateurs de Binance […] Si j’avais besoin d’argent j’aurais vendu ces photos sur le darkweb, je ne les aurais pas publiés.”

À l’heure actuelle aucune des parties n’est parvenue à un accord, que ce soit la société tierce, Binance ou le hacker. Affaire à suivre !

Concernant les actus Binance on peut en noter deux d’importance. Tout d’abord, l’ouverture de Binance US va apporter son lot de volume sur les cryptos qui y seront listées. Les américains étant, pour rappel, parmi les plus gros pourvoyeurs de volume au monde. La liste des cryptos considérées pour le listing est le suivant : ADA, ATOM, BAT, BCHABC, BNB, BTC, DASH, EOS, ETC, ETH, HOT, IOTA, LINK, LOOM, LTC, MANA, NANO, NEO, PAX, REP, RVN, TUSD, USDC, USDT, VET, WAVES, XLM, XRP, ZIL et ZRX
Les autres ne bénéficieront probablement pas d’un listing Binance US. À noter qu’aucune crypto anonyme n’est présente excepté DASH, mais cette dernière ne proposant qu’un anonymat faible et optionnel. TRX est également absent du lot malgré sa 12ème place en terme de capitalisation.

La prochaine IEO a aussi été dévoilée, il s’agit de Perlin (PERL). Perlin est une crypto PoS hautement échelonnable. Elle propose une plateforme de contrats intelligents dépassant les 31 000 transactions par seconde (en théorie…). Sa formation en DAG permet d’accomplir une transaction en moins de 4 secondes. Il s’agit plus ou moins d’un concurrent à Avalanche, le prochain protocole de consensus en développement.
L’enregistrement des comptes Binance a déjà démarré et se poursuivra jusqu’au 24 août. 13 400 tickets gagnants seront distribués, un maximum de 10 tickets est autorisé par personne (50 BNB chacun). Chaque ticket gagnant donnant droit à acheter 500$ de PERL à un prix proche de la première vente ayant eu lieu, début 2018. Bonne chance aux participants.

Plus d’informations sur le sujet : Analyse de la situation sur la fuite des données de Binance


Israël : En quête d’une solution

 

 

Les spéculateurs en crypto-monnaies Israéliens se trouvent dans l’incapacité de payer leurs impôts envers l’État pour une raison surprenante. Les banques refusent les dépôts en provenance des sites de cryptos.

C’est l’impressionnant constat qu’à révélé un journal national le 6 août dernier. Les mesures anti-blanchiment et anti-terrorisme ne permettent pas de retirer ses gains de crypto-monnaie. Ils entraînent l’effet pervers de ne pas pouvoir utiliser ses gains pour payer les taxes sur les gains en question, invraisemblable.
Le Bitcoin n’est pas reconnu comme une monnaie en Israël et est donc soumis à 25% de taxes sur les gains réalisés, ce pourcentage montant à 47% pour les entreprises. Certains individus se retrouvent complètement bloqués avec des comptes bancaires gelés.

“J’ai essayé de collaborer avec quasiment toutes les banques, mais à l’instant où elles entendaient le mot “Bitcoin” elles coupaient court à la discussion.”

Les autorités sont au courant de l’affaire et un procès qui pourrait faire jurisprudence est en cours pour régler le litige. Cependant en matière fiscale, une juridiction a peu de chances d’influencer la politique en cours.
Il existe toujours des moyens détournés pour convertir ses BTC en shekels via le marché gris, mais c’est un comble quand l’objectif est de payer ses impôts !


Bitcoin, 11ème monnaie mondiale

 

Bitcoin Cryptoast

 

Grâce à sa quantité limitée, la première véritable crypto-monnaie s’est trouvée une vocation comme réserve de valeur. À tel point que la valeur totale de tout les bitcoins a dépassé de nombreuses monnaies fiduciaires. Le Won coréen, le Dollar canadien comme australien ou même le Peso mexicain sont désormais derrière le BTC. À l’heure actuelle le marketcap du BTC atteint les 200 milliards de dollars, non loin de la Rouble russe.

Bitcoin est devenu la 11ème plus grosse monnaie mondiale ! Seules huit monnaies FIAT ainsi que deux métaux ont un marketcap supérieur au BTC. À savoir que le BTC était 10ème lors de son plus haut historique, en 2017, à 330 milliards de capitalisation. Un prix unitaire de 50 000 dollars permettrait au BTC de monter jusqu’à la 6ème place en dépassant l’argent.

 

 

La première place est évidemment, et de loin, attribuée à l’or. Afin de dépasser sa capitalisation il faudrait que le BTC atteigne les 460 000 dollars. Un prix impressionnant qui propulserait la crypto à la première place des valeurs monétaires.

Un des arguments qui va en faveur de cette comparaison BTC/OR est notamment la corrélation qui se met en place entre les deux actifs. Bloomberg rapporte que lors des trois derniers mois, l’incertitude relative à la guerre commerciale que se livre les USA et la Chine aurait provoqué une corrélation des cours. Celle-ci l’année dernière était de 49.6% là où elle atteint 82.7% ces trois derniers mois.
Ce genre de corrélation avait déjà eu lieu en 2016 lors de l’annonce du Brexit. Il avait alors ébranlé les marchés et plongé les investisseurs dans l’incertitude.
Il est intéressant de noter ici que, bien plus que la simple croyance publique, ce sont les mouvements des cours qui justifient de considérer Bitcoin comme de l’or numérique.

Plus d’informations sur le sujet : Le prix de l’or et du Bitcoin évoluent de concert depuis trois mois


Bon brunch !


Ryo

Rédacteur sur Cryptoast depuis début 2018, Ryo aime partager ses découvertes sur les cryptos et participer à la démocratisation du Bitcoin et de la Blockchain.

tradingview-astast twitter-prgrmmer1


Poster un Commentaire

avatar