Partager cet article :

 

La Chambre de Commerce Internationale (ICC) s’est associée à une startup blockchain de Singapour afin de mitiger les émissions carbones liées à l’aviation civile.

 

La blockchain appliquée au secteur de l'aviation

Comme le rapporte The Block, c’est à l’occasion de la COP 25, qui se tient en ce moment à Madrid, que l’annonce a été faite. L’ICC s’est associée à la firme blockchain Parlon, afin de profiter des solutions proposées par la startup AirCarbon. Les trois entités débloqueront 40 milliards de dollars afin de développer des projets liés au climat dans le secteur de l’aviation.

Basée à Singapour, AirCarbon utilise la blockchain afin d’inciter ses utilisateurs à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, dans le cadre du dispositif CORSIA (pour Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation). Validé en octobre dernier par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), CORSIA vise à inciter les compagnies aériennes à stabiliser leurs émissions dès 2020.

À partir de 2021, les entreprises d’aviation qui dépassent les seuils fixés par CORSIA devront les compenser grâce à des achats de « crédits de réduction », qui sont liés à des secteurs d’activités plus verts. Au départ volontaire, le mécanisme devrait devenir obligatoire à partir de 2026.

 

Une première solution basée sur Ethereum

C’est ce système de compensation qui est l’objet de la nouvelle solution portée par AirCarbon, grâce à Ethereum. La startup développe un système d’échanges qui permet aux entreprises de trader des tokens ERC-20 et ERC-721, eux-mêmes adossés à ces crédits carbones. Avec ce partenariat, AirCarbon pourra ainsi profiter de l’immense réseau de l’ICC afin de propager cette solution.

Selon Dorjee Sun, le CEO de Perlin, la blockchain est tout indiquée quand il s’agit de construire ce type de systèmes : « La technologie des registres distribués est pertinente quand il s’agit de s’attaquer aux défis liés à la responsabilité, la double comptabilisation et la gouvernance des marchés ainsi que la provenance des émissions carbones. Ce partenariat montrera comment la blockchain peut être utilisée dans la vraie vie, afin de soutenir des places de marchés plus inclusives, efficaces et durables ».

 

Ce n’est en tout cas pas la première fois que blockchain et environnement sont associés. De plus en plus de projets voient le jour, comme cette blockchain qui transforme les plastiques en vêtement. Et les associations acceptent de plus en plus les dons en cryptos, comme par exemple la Rainforest Foundation. Les coûts énergétiques du Bitcoin restent cependant élevés.

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar