La Chine développerait sa propre cryptomonnaie souveraine

 

Drapeau Chine

 

La Banque populaire de Chine (BPC), banque centrale chinoise, serait en train de développer sa propre cryptomonnaie souveraine en réponse à la Libra de Facebook, car cette dernière pourrait représenter un risque pour le système financier du pays selon le gouvernement, a rapporté le South China Morning Post le 8 juillet.

 

Une réponse au projet de Facebook

Lors d’une conférence académique organisée par l’Université de Pékin ,Wang Xin, le directeur de la PBC a déclaré :

Si [Libra] est largement utilisée pour les paiements, en particulier les paiements transfrontaliers, pourrait-elle fonctionner comme de la monnaie et avoir ainsi une grande influence sur la politique monétaire, la stabilité financière et le système monétaire international ?

Avec l’approbation du Conseil d’État, la PBC travaille avec les institutions du marché pour créer une cryptomonnaie gérée par la banque centrale. Une monnaie numérique semblable à celle de Facebook pourrait aider la banque centrale chinoise à garder le contrôle de son économie.

Wang Xin ajoute que la Libra de Facebook risque d’être une manière supplémentaire pour les États-Unis d’avoir un impact encore plus important de l’économie internationale :

Si cette cryptomonnaie est étroitement associée au dollar américain, cela pourrait créer un scénario dans lequel les monnaies souveraines coexisteraient avec les monnaies numériques axées sur le dollar américain. Mais il y aurait essentiellement un patron, c’est-à-dire le dollar américain et les États-Unis. Si tel est le cas, cela aurait une série de conséquences économiques, financières et même politiques internationales.

Des universitaires auraient également lancé une initiative engagée sur la finance numérique qui comprend des ressources des universités de Pékin, de Renmin, du Zhejiang et de Shanghai.

 

La Chine pourtant anti-cryptos

La position de la Chine à l’égard du Bitcoin, et de la cryptomonnaie est clairement hostile. La Chine a renforcé le contrôle des capitaux à la suite d’une dévaluation-choc du yuan en 2015 et a continué de mettre en œuvre des mesures visant à atténuer la fuite des capitaux hors du pays. Certaines de ces mesures comprennent des exigences accrues en matière d’information sur l’achat de devises étrangères et des restrictions plus strictes sur les investissements des entreprises à l’étranger.

Notamment, les plans de PBC pour développer sa cryptomonnaie nationale arrivent à un moment où la Chine a adopté une politique ferme à l’égard du commerce de crypto-actifs, les institutions financières interdisant le commerce du Bitcoin (BTC), les Initial Coin Offering (ICO), le mining, et les plateformes d’exchanges de cryptomonnaies.

 

Cette décision semble être une initiative prise pour se protéger de la future cryptomonnaie de Facebook, peut-être que la banque centrale chinoise n’aurait jamais pris cette décision si la Libra n’allait pas voir le jour. La semaine dernière c’est Cuba qui a annoncé vouloir créer sa propre cryptomonnaie souveraine, afin d’échapper aux nombreuses sanctions économiques mises en place par les États-Unis sur le commerce de l’île.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar