Partager cet article :

 

Selon un communiqué publié sur LinkedIn, Nomadic Labs a annoncé que la division cybercriminalité de la gendarmerie française, le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), utilise la blockchain Tezos (XTZ) pour valider certaines transactions.

 

Une première mondiale

Le principal centre de développement et de recherche de Tezos, Nomadic Labs, affirme qu'il s'agit d’une première utilisation opérationnelle d'un smart-contract par une entité gouvernementale et qui plus est sur une blockchain publique.

Sajida Zouarhi, responsable de la communication chez Nomadic Labs, a commenté,

Nous pensons chez Nomadic Labs que ce cas d'utilisation est un bon exemple de la façon dont des blockchains publiques comme Tezos peuvent être utilisées pour résoudre des problèmes réels. La solution vise ici à fluidifier la réponse logistique à un besoin opérationnel. Les gendarmes qui travaillent sur les cyber-enquêtes doivent attendre des mois pour obtenir l'approbation des dépenses et même parfois attendre qu'un colonel ou un général valide une petite somme comme 300 euros. Ils doivent également justifier leur dépense sans divulguer de renseignements de nature délicate au sujet de leur enquête.

Cette innovation permet au C3N de passer des ordres de paiements en cryptomonnaie à partir de fonds attribués par Europol,  une agence européenne de police criminelle qui facilite l'échange de renseignements entre polices nationales.

En plus de l'importante simplification des procédures administratives, le smart-contract garantit la traçabilité des paiements effectués par le C3N sans mettre en péril ses activités opérationnelles. Le smart-contract permet de s'assurer que seules les personnes habilitées auront la possibilité d’effectuer un paiement. De plus, le C3N peut à tout moment justifier d’une dépense sans avoir le besoin de dévoiler les actes d'enquête réalisés.

 

L'Ethereum en deçà du Tezos ?

Le C3N avait publié une revue trimestrielle en septembre qui expliquait en quoi les smart-contracts d'Ethereum (ETH) ne se prêtent pas à leurs besoins. Pour Nomadic Labs, le Tezos est donc la solution la plus adaptée pour répondre aux exigences de la C3N et surtout permet de grandement faciliter la validation des transactions. Sajida Zouarhi a ajouté :

Avec ce smart-contract écrit en Michelson, - le langage des smart-contracts utilisés par Tezos - une dépense peut être validée en quelques minutes et pour quelques centimes au lieu de plusieurs mois.

Le langage utilisé par les smart-contract d'Ethereum, Solidity, ne répondait pas aux exigences techniques nécessaires alors que Michelson a été jugé plus fiable et plus performant pour que des données aussi sensibles y transitent. Même si Tezos est une blockchain française, son utilisation a uniquement été motivée par ses spécificités techniques.

 

À l'heure de l'écriture de cet article, le Tezos est classé à la 18e place des cryptomonnaies en termes de capitalisation avec 715 millions d'euros au total. Même si cette annonce n'a pas eu d'impact sur le prix du token, il est certain que le projet gagne en sérieux et en visibilité grâce à un cas d'utilisation plutôt particulier et unique. Quelques semaines auparavant, l'exchange Coinbase a annoncé la mise en place du staking du Tezos pour les résidents américains. Le cours avait alors progressé d'environ 37% en l'espace de quelques heures.

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Patrick Cuypers Recent comment authors
plus récents plus anciens
Patrick Cuypers
Lecteur
Patrick Cuypers

Info très bizarre