Nous remercions Gilles Cadignan, président de Woleet qui a répondu à toutes nos questions. Woleet est une société qui permet d'horodater des signatures sur le réseau Bitcoin et ainsi prouver de manière infalsifiable et confidentielles la propriété/existence de certaines données. Ces preuves sont vérifiables part tout le monde sans utiliser une tierce partie. Les données ne sont partagées qu'avec les signataires et restent sous votre contrôle. Découvrons maintenant plus en détails comment cela fonctionne et ce que cela permet.

 

Qu’est-ce que le timestamp sur Bitcoin ?

Le timestamping ou l’horodatage est l’action de prouver l’existence d’un fichier ou d’une donnée à un moment précis. Cette activité existait déjà avant Bitcoin et est proposée par des prestataires de confiance. Si on comprend un peu ce qu’est Bitcoin, on se rend compte qu’il s’agit aussi d’une énorme horloge décentralisée et inarrêtable. Son utilisation pour du timestamping était donc toute naturelle. En liant avec de la cryptographie, une donnée à une transaction (et donc un bloc), on obtient une preuve de date irréfutable, indélébile et vérifiable partout sans intermédiaire. Le timestamp Bitcoin une fois réalisé enlève le besoin de confiance portée à des prestataires intermédiaires pour sa vérification.

 

Quel intérêt ?

La preuve numérique est utile pour se protéger, prouver sa bonne foi ou répondre à des exigences de conformité. Certaines lois en France par exemple, demandent de fournir une preuve de datation de certains événements. L’agglomération de Lorient utilise Woleet pour prouver les convocations aux élus pour les conseils municipaux. Un autre bon exemple d’utilisation du timestamping c’est la possibilité d’avoir une preuve d’antériorité sur des créations et protéger sa propriété intellectuelle. Une bonne partie de nos clients nous utilisent d’ailleurs pour cela.

 

Est-ce que cela pourrait être utilisé devant la justice dans des cas de contrefaçon ?

C'est déjà le cas. Les preuves de timestamping ont déjà été utilisées devant les tribunaux à l’étranger. Le cas le plus marquant est arrivé en Chine en 2018 où un procès en contrefaçon a été gagné avec la présentation d’une preuve réalisée via Factom (qui utilise aussi Bitcoin). D’autres pays ont déjà légiféré comme l’Italie ou le Decreto Simplificazione a acté en 2019 la possibilité d’utilisation de preuves blockchain pour les affaires publiques. En France la preuve blockchain est opposable telle quelle car en droit (commercial) français la preuve est libre et reste à l'appréciation du juge. Aujourd’hui en France, des huissiers sont capables de rédiger un constat à partir d’une preuve générée par Woleet qu’ils vérifient eux-mêmes, ce dispositif a l’avantage de faciliter l’appréciation du juge lors d’un litige. Certains de nos clients ont déjà fait appel à des huissiers de justice pour constater certaines preuves. Pour l’instant nous n’avons eu aucune jurisprudence en France, mais quand on y réfléchit, la preuve Bitcoin permet de régler les litiges plus simplement et son utilisation permet justement d’éviter d’aller jusqu’au procès : prévenir pour mieux guérir !

👉 Qu'est-ce que la blockchain ?

 

Avez-vous prévu d’utiliser d’autres blockchains que Bitcoin. Ethereum par exemple mais pas avec un timestamp mais un NFT par exemple ou un token ?
(Pour prouver qu’on est propriétaire d’un objet par exemple en scannant un code barre)

Nous sommes basés sur Bitcoin, et ce, depuis 2016, car nous pensons que le cas d’usage de la preuve capable de régler des litiges dans un temps plus ou moins long, demande le maximum de sécurité, de pérennité et de résilience. Aucune blockchain n’offre les mêmes garanties que Bitcoin sur ces aspects. Si on compare avec Ethereum, ces garanties ne sont pas présentes; son consensus n’est pas fixé (PoS is coming anyone ?) sa complexité engendre moult problèmes de sécurité, et son ambition technologique ne nous donne pas assez de garanties. Nous considérons à l’inverse que Bitcoin est très en avance en termes d’ossification du protocole, et nous avons absolument besoin de stabilité pour construire un standard de confiance numérique.

👉 Qu'est-ce qu'Ethereum ?

Pour ce qui est du cas d’usage (NFT/Token …) ce n’est pas en changeant de blockchain qu’on le légitime pour autant. C’est aussi possible de faire cela sur Bitcoin mais je reste très sceptique face à ce cas d’usage car la traçabilité physique et surtout le lien entre le physique et le numérique est un problème complexe que la blockchain ne peut pas résoudre entièrement.

👉 Comprendre ce qu'est un Non-Fungible-Token

Je ne parle même pas des blockchains privées qui pour moi sont des aberrations en terme d’innovation. Ce qu'elles permettent d’accomplir était déjà possible sans blockchain et on perd tous les avantages de décentralisation et de résistance à la censure qui sont à la base de l’invention de Satoshi Nakamoto..

 

Avez-vous beaucoup de demande (en dehors de Kering) pour ce type de services ?

Nous offrons trois types de services : horodatage, cachet serveur (signatures de personnes morales) et signature électronique (personnes physiques), tout cela, basé sur Bitcoin, tout en offrant une très grande scalabilité (nous pouvons générer plusieurs dizaines de millions de preuves par jour). Nous avons des clients de différentes tailles et dans plusieurs domaines d’activité. Ce que nous avons fait avec Kering ici n'est autre que du scellement électronique (cachet serveur) pour les certificats de garantie associés à des montres de luxe. Nous réalisons du cachet, de l’horodatage, de la signature électronique pour plusieurs autres clients dans d’autres contextes. D’une manière générale nous offrons ces trois primitives essentielles dans la sécurité informatique, et les implications fonctionnelles diffèrent chez chaque client. Certains cas d’usages standardisés commencent néanmoins à émerger : la certification de communications externes ou encore le scellement Bitcoin des données de facturation comme réponse à l’obligation légale de piste d’audit fiable.

 

Tu peux nous expliquer ce que vous faites pour EDF ?

EDF a construit un service partagé de certification numérique à destination de toutes ses business units (groupes de personnes). Il ‘agit de pouvoir répondre aux besoins de certification et de preuve qui peuvent survenir pour à peu près tous les métiers du groupe. La première utilisation de ce service en production concerne les communiqués de presse, qui sont scellés dans bitcoin depuis plus d’un an maintenant. Ce qui est intéressant ici, c’est que notre technologie a pu s’intégrer facilement dans un des systèmes d’information les plus denses et les plus complexes du pays, notamment à cause de ses contraintes de sécurité. Woleet a démontré que l’outil blockchain pouvait être utilisé pour faire évoluer des systèmes, et non pour les refondre totalement.

 

Vous avez déjà « enregistré » des signatures de contrat via timestamp ?

Oui bien sur et nous le faisons quotidiennement. Nous avons introduit la preuve de signature en 2017 car elle complétait la preuve d’existence en ajoutant la provenance à la date certaine. Il nous a fallu inventer un système de gestion d’identité tout en maintenant notre volonté de minimisation de confiance. En 2018 avec Woleet ID server, nous avons sorti une solution open source et décentralisée permettant de gérer des identités associées à des clés de signature numérique. D’une manière générale nos timestamps sont de plus en plus associés à des preuves de signature numérique, tout simplement parce que cela rend la preuve plus forte.

👉 Qu'est-ce que l'identité décentralisée ?

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Robin Berné

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdataSite de Robin Berné

Co-fondateur de Cryptoast, je rédige régulièrement des articles sur le site depuis 2017. Je suis passionné par les crypto-monnaies et je peux passer plusieurs heures par jour à lire et à analyser des documents pour trouver les pépites de demain. J’aime également approfondir mes recherches sur les changements que peuvent apporter les cryptos et les technologies blockchains dans notre vie et nos sociétés, d’un point de vue social et économique.
Tous les articles de Robin Berné.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments