La Banque Nationale du Rwanda (NBK), qui est la Banque centrale du Rwanda, étudierait les moyens d'émettre sa propre cryptomonnaie officielle, selon un rapport du 22 août publié par Bloomberg.

 

La Banque centrale n'est pas encore prête

Le Rwanda, l'une des économies les plus petites et à la croissance la plus rapide du continent africain, a connu une croissance économique conséquente ces dernières années et a sorti au moins un million de citoyens de la zone de pauvreté depuis.

Dans sa tentative de continuer de promouvoir le développement et d'améliorer considérablement le niveau de vie de sa population, la Banque centrale rwandaise prévoit d'améliorer l'efficacité des transactions et de favoriser le développement économique au moyen d'une cryptomonnaie entièrement gérée par les services du gouvernement.

S'adressant à Bloomberg, Peace Masozera Uwase, directeur général de la stabilité financière à la NBK, a déclaré :

Il y a encore des inquiétudes quant à la façon exacte de convertir la totalité de la monnaie en format numérique, à la façon de la distribuer et à la rapidité avec laquelle vous pouvez traiter ces transactions.[...] Des défis se présentent, si la technologie est limitée, comment gérez-vous ces problèmes ? Nous y prendrons part dès que nous serons prêts.

Le rapport arrive trois mois après une alerte de la banque centrale sur les escroqueries liées aux cryptomonnaies. La NBR a dressé la liste de plusieurs escroqueries connues qui sévissent dans le pays et a donné des conseils sur la protection des investissements contre les escrocs.

 

Une tendance en émergence depuis cette année

La Banque Nationale du Rwanda étudie apparemment les tentatives d'autres banques centrales de créer leur propre cryptomonnaie nationale avant d'eux-mêmes se lancer. Un certain nombre de pays sont intéressés ou ont déjà commencé des programmes pilotes pour une cryptomonnaie de banque centrale, notamment la Chine, la Turquie et Cuba.

Une étude récente du FMI et de la Banque mondiale a révélé cinq tendances intéressantes et surprenantes dans le domaine des technologies de l'information, dont l'une est que les cryptomonnaies soutenues par des banques centrales pourraient devenir réalité dans un avenir proche.

En Afrique, la South African Reserve Bank (SARB), la banque centrale de l'Afrique du Sud, a publié un avis d'appel d'offres à la recherche de « prestataires de solutions potentiels en prévision d'un projet de faisabilité d'une monnaie numérique. »

 

Les pays du continent s'intéressent de près à la cryptomonnaie en raison des inflations communes et subites que peuvent connaître certains états dans des périodes de temps très courtes. La population utilise déjà le Bitcoin (BTC), mais sa volatilité ne permet pas à la majorité des habitants d'avoir confiance en cette monnaie. Un stablecoin géré par le gouvernement serait donc une bonne option pour permettre à ces populations de sauvegarder leurs biens financiers.

 

À quand le tour de la France de prendre l'initiative de créer sa propre cryptomonnaie nationale ? 

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments