Jeremy Allaire, PDG et cofondateur de Circle et représentant de la Blockchain Association, témoignera aujourd'hui devant la Commission bancaire du Sénat américain. Allaire, le seul dirigeant de l'industrie de la cryptomonnaie à témoigner, aura la lourde tâche de défendre les intérêts des cryptomonnaies après les audiences du projet Libra de Facebook du début du mois.

Le 29 juillet, Jeremy Allaire a publié son témoignage concernant l'intérêt de la technologie de la blockchain et de la cryptomonnaie ainsi que leurs applications possibles. En règle générale, un participant à l'audience présente en direct une version abrégée de son témoignage et en soumet une version plus complète et préparée pour le compte rendu public.

 

Une mission difficile

Au cours de l'audience sur la Libra, les sénateurs membres du Comité avaient remis en question la stratégie de Facebook ainsi que sa capacité à agir dans le meilleur intérêt des utilisateurs. L'atmosphère au cours de l'audition au Sénat a varié d'un soutien mitigé à une hostilité flagrante.

Jeremy Allaire explique que sa vision consiste à transformer le système financier mondial à l'aide de la cryptomonnaie et des technologies connexes afin de faciliter la création et l'échange de valeur pour les particuliers partout dans le monde. Il y détaille comment y parvenir en éliminant les frictions, les intermédiaires et en abaissant les coûts pour chaque partie engagée dans une transaction. Il détaille dans son témoignage :

Aujourd'hui, Circle est l'une des principales sociétés crypto au monde, fournissant des produits et services réglementés à des millions de personnes qui utilisent nos produits pour échanger, investir et stocker des actifs numériques. Au cours des prochaines années, l'adoption des technologies de la cryptomonnaie et de la blockchain va s'accélérer, commencer à aider des centaines de millions, voire des milliards de personnes, et transformer les économies des pays qui participent à l'innovation.

En prenant l'exemple du stablecoin émis par son entreprise, l'USDC, Jeremy Allaire compte bien prouver en quoi les autres stablecoins et cryptomonnaies en général diffèrent de la Libra. Son objectif est que le gouvernement américain établisse une réglementation bien distincte entre les deux types d'actifs.

 

Se différencier de la Libra

En ce qui concerne l'USDC lui-même, Allaire détaille en quoi il diffère de la Libra de Facebook :

Bien que l'USDC ait d'abord été lancé en mettant l'accent sur le commerce et les cas d'utilisation des marchés, comme la Libra, il a été conçu pour s'étendre aux paiements et aux règlements, tant pour les consommateurs que pour les entreprises. Parce qu'il est construit sur la plateforme de smart-contracts la plus populaire, Ethereum, nous nous attendons aussi à ce que l'USDC soit utilisé pour les contrats financiers et autres tokenisations de biens.

Jeremy Allaire ajoute qu'il est profondément engagé dans les politiques et la réglementation qui ont une incidence sur son industrie :

Circle lui-même a adopté une approche réglementée de la cryptomonnaie, avec des licences de transmission d'argent provenant de 48 États, la première licence de New York et la première licence d'émetteur de monnaie électronique (EMI) pour une société crypto au Royaume-Uni et dans l'Union européenne. Au cours des six dernières années, nous avons consacré beaucoup de temps à collaborer de manière constructive avec les autorités de réglementation financière et les décideurs politiques du monde entier.

 

Le PDG de Circle insistera bien sur la différence de son projet et de celui de Facebook. Depuis plusieurs semaines, la Libra inquiète la majorité des gouvernements et surtout celui des États-Unis, cela a remis au goût du jour le sujet de la réglementation des cryptomonnaies en général. L'application d'une nouvelle réglementation est probablement proche avec espérons le une distinction qui sera faite entre les projets comme celui de Facebook et les autres.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments