Partager cet article :

 

Dans un brevet publié sur le site de l'U.S. Patent and Trademark Office et daté au 10 décembre, l'entreprise Nike y décrit un système permettant la création d'identifiants uniques pour certaines chaussures que la marque fabrique. Selon le brevet intitulé « Système et méthode pour fournir des actifs numériques cryptographiquement sécurisés », ces chaussures blockchain ont été baptisées « CryptoKicks », une marque qui a été déposée par Nike en avril dernier.

 

La blockchain à vos pieds

Une implémentation potentielle de la technologie est la création d'un token Ethereum ERC-721 ou ERC-1155 qui pourrait être utilisé pour authentifier et assurer la transaction d'une chaussure physique.

Le token unique ainsi qu'une clé privée associant un code d'identification à 10 chiffres baptisé « KickID » avec le code d'identification du propriétaire. Ceux-ci sont automatiquement générés à l'achat d'une chaussure. Le système vise à fournir un moyen de garantir l'authenticité des produits de la marque :

Les propriétaires actuels et potentiels peuvent acheter et vendre des biens numériques par l'intermédiaire d'un ou de plusieurs grands livres à chaînes multiples fonctionnant sur un système décentralisé de traitement des données. À titre d'exemple, et sans limitation, un utilisateur peut acheter une nouvelle paire de baskets très recherchées auprès d'un fournisseur vérifiée qui peut fournir des données de provenance authentifiée pour les baskets. Après avoir reçu la boîte à chaussures contenant les baskets achetées, l'utilisateur scanne le code-barre de la boîte [...] avec une application fonctionnant sur son smartphone.

Lorsque des baskets sont vendues à quelqu'un d'autre, la propriété peut être transférée en échangeant à la fois des chaussures réelles et l'actif numérique associé. Ces actifs sont stockés dans un « Digital Locker », une application qui fonctionne comme un wallet classique.

CryptoKicksVoici comment le brevet représente le système, le KickID est l'élément reliant le propriétaire
et l'identifiant physique de la chaussure.

Créer ses propres descendances

Un actif numérique peut également inclure des informations relatives à ce que le brevet réfère au génotype et au phénotype d'une chaussure numérique. Ces données peuvent représenter certains traits, attributs, couleurs, styles, fonds, qui caractérisent la chaussure concernée.

Dans une autre concrétisation du système, il sera possible de créer un nouveau CryptoKick à partir de deux CryptoKicks parents, ce que le brevet appelle un « CollaboKick ». Ce CollaboKick aura lui aussi un token unique et des attributs distincts par rapport aux CryptoKicks d'origine. Le brevet détaille :

Un Collabokick peut combiner les données d'attribut et/ou le code génétique des deux tokens des parents pour générer un nouveau KickID qui, à son tour, fournit un CollaboKick. Dans certaines implémentations, il peut y avoir une limitation préétablie du nombre de CollabKicks [qui pourront être créé] dans un délai donné, par exemple, pour aider à prévenir la surproduction de CollaboKicks entre les deux mêmes utilisateurs. La création du code génétique d'un CollaboKick peut être aléatoire, systématique, réglementée, non contrainte ou encore une combinaison de ces éléments.

Les possibilités d'utilisation du système mis au point par l'entreprise semblent nombreuses et pourraient offrir une certaine visibilité et augmenter l'intérêt des masses pour les tokens non fongibles (NFTs).

 

En septembre dernier, la marque de sport New Balance a elle aussi annoncé la mise au point d'un système similaire en utilisant la blockchain de Cardano (ADA).  Cette initiative devrait permettre de lutter contre la contrefaçon qui touche les baskets de la marque. La tokenisation d'objets réels, notamment pour les vêtements de marque dont la contrefaçon est aujourd'hui très répandue, assure l'authenticité des produits et profite aussi bien au fabricant qu'aux acheteurs.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdata twitter-soothsayerdata Mail de Clément Wardzala

Français expatrié en Corée du Sud, je m'intéresse depuis plusieurs années au Bitcoin, aux cryptomonnaies et aux technologies blockchain associées. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

Partager cet article :

Poster un Commentaire

avatar