Le projet blockchain Enjin (ENJ) s'offre un partenariat avec Microsoft Azure, le service cloud du géant de la technologie. Les deux entités lancent en collaboration Azure Heroes, un système récompensant les membres actifs de la communauté. Les participants peuvent dès à présent obtenir des récompenses en participant à des activités telles que le tutorat et la création de contenu à propos du fonctionnement d'Azure.

 

Enjin dans la cour des grands

L'annonce a été communiquée sur le site de Microsoft le 4 décembre en indiquant :

Microsoft et Enjin ont collaboré dans le cadre d'un projet pilote au niveau local pour créer un programme de reconnaissance basé sur une blockchain. Les blaireaux d'Azure Heroes ont été créés dans un certain nombre de designs originaux et uniques qui ont été tokenisés en un actif numérique sur la blockchain publique d'Ethereum.

Les membres de la communauté qui ont fait preuve de leur contribution seront récompensés par des badges représentés par des blaireaux dans un certain nombre de catégories. Chaque badge est tokenisé et encadré autour d'une certaine quantité de tokens ENJ en utilisant le protocole ERC-1155. Le stock de chaque token est limité, par exemple, le token « Inclusive Leader » est limité à 100 itérations alors que le token « Maker » est lui limité à 10 000 itérations. Cette particularité permet donc de donner une valeur différente à chaque badge en fonction de leur rareté.

Les badges peuvent être obtenus selon certaines conditions bien précises qui impliquent un fort investissement personnel visant à l'instruction de la communauté d'Azure. Les détails concernant chaque badge sont précisés dans le communiqué. L'intérêt de l'utilisation de la technologie d'Enjin est la création de tokens non-fongibles (NFTs), des tokens uniques et identifiables. Ainsi, deux assets tokenisés ne seront pas exactement identiques et interchangeables, chacun aura des caractéristiques spécifiques pour le définir.

 

Azure Heroes

Certains des blaireaux disponibles d'Azure Heroes

 

Afin d'avoir une chance de recevoir votre propre blaireau virtuel, il faudra soumettre votre candidature afin d'être reconnu comme un acteur important de la communauté. Après le processus de vérification, certains membres de la communauté pourront recevoir leur blaireau numérique en scannant simplement un QR Code. Pour recevoir et stocker le token, il est nécessaire de télécharger le wallet officiel d'Enjin. Chaque token est alors librement transférable vers d'autres adresses et peut même être détruit si tel est la décision de son détenteur.

Quelques heures avant l'annonce de ce partenariat, Witek Radomski, directeur des nouvelles technologies chez Enjin, avait publié sur Twitter un indice indiquant l'approche d'une annonce bien particulière :

 

[tweet 1201970072949903361 align='center']

 

Cette image est notamment utilisée sur le site officiel d'Enjin, mais c'est la couleur rouge qui est assignée à la LED du gant. Ce changement de couleur pour le vert, qui semble pourtant anodin, annonçait en avance le partenariat avec Microsoft. Le vert représente la branche gaming de l'entreprise notamment avec sa console phare, la Xbox. Il est probable que la collaboration entre Microsoft et Enjin ne s'arrête pas là et que la tokenisation chez le géant des technologies se fera à nouveau si cette expérimentation s'avère concluante.

 

Suite à cette annonce très bénéfique pour la visibilité du projet Enjin, le prix du token s'est rapidement envolé et a progressé de près de 65%, passant de 0,060 dollar à un plus haut à 0,1 dollar en l'espace de seulement 5 heures. Le prix est toujours en forte hausse à l'heure de la rédaction de cet article et avoisine les 0,080 dollar. Grâce à Microsoft, le projet Enjin pourrait attirer d'autres entreprises et s'offrir d'autre partenariat tout aussi prolifique pour populariser l'utilisation des objets de collection numériques.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments