Kaspersky, l’entreprise de sécurité connue pour ses solutions antivirus, a développé de nouvelles machines, afin de sécuriser le vote des électeurs grâce à la blockchain.

 

Des machines de vote blockchain pour Kaspersky

Comme l’explique l’entreprise, ces nouvelles machines de vote blockchain sont basées sur son réseau de vote en ligne Polys. Elles sont tout droit sorties du Kaspersky Innovation Hub, qui comme son nom l’indique développe des technologies innovantes de sécurité informatique. Polys est décrit comme « une plateforme de vote en ligne sécurisée, qui pourrait être utilisée par des entreprises, des universités ainsi que des partis politiques ».

Selon Kaspersky, il s’agit de la première machine de vote de ce type à intégrer la blockchain. Les registres distribués sont utilisés pour prouver de manière inaltérable qu’un utilisateur a voté, afin de lutter contre la fraude. Comme le souligne le communiqué, le vote par Internet peut être un outil permettant à chacun de voter sans avoir à se déplacer, mais son usage exclusif n’est pas nécessairement conseillé, à cause de la frange de la population qui n’a pas encore accès à Internet.

👉 Retrouvez toute l’actu de la blockchain

 

Le vote dématérialisé, une technologie encore balbutiante

Si les solutions de ce type sont encore peu utilisées en Europe, c’est qu’elles se sont avérées pour l’instant peu fiables. Aux États-Unis, elles ont fait scandale lors de l’élection présidentielle de 2016, où elles s’étaient avérées faciles à pirater. Plus récemment lors de la primaire démocrate en Iowa, une application de vote mobile avait montré ses limites et créé là aussi la polémique.

La solution de Kaspersky vise donc à apporter un peu de légitimité à la technologie, grâce notamment à l’aspect inaltérable et sécurisé de la blockchain. L’entreprise explique comment la technologie fonctionne : « On donne aux électeurs vérifiés un QR code unique ou un token. Quand ce dernier est scanné, cela leur permet de voter sur une machine de vote Polys, qui comptabilise et chiffre automatiquement les votes. » Il est également possible de voter avec son smartphone.

 

Cet usage de la blockchain se démocratise en tout cas aux États-Unis. L’Utah a déjà testé le principe pour les municipales, ainsi que l’état de Virginie.

👉 Plus d’infos dans notre dossier : la blockchain en pratique

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments