L’Utah teste un système de vote géré par la blockchain pour les élections municipales

 

Blockchain Voting

 

L’un des 29 comtés de l’État américain de l’Utah, le comté d’Utah, permettra à certains électeurs de participer aux prochaines élections primaires municipales grâce à une application fonctionnant avec la blockchain sur leurs smartphones, selon un communiqué de presse officiel du 23 juillet.

 

Favoriser la participation électorale

Dans le cadre de l’effort de Tusk Philanthropies, une organisation qui lutte pour l’augmentation de la participation électorale, l’application Voatz a déjà été testée lors d’élections municipales à Denver, ainsi que dans deux primaires en Virginie occidentale. Ce comté de l’Utah devient la 3e entité à se lancer dans ce type de solution automatisée.

Le rapport précise que pour le moment, les électeurs pilotes comprennent les militaires en service actif, leurs personnes à charge admissibles et les électeurs basés à l’étranger. Lorsque tout sera bien sécurisé et fonctionnel, cela pourrait certainement s’étendre à l’entièreté des électeurs en ayant l’avantage de toucher les plus jeunes et de permettre une plus grande participation aux élections de leur part.

Bradley Tusk, fondateur et CEO de Tusk Philanthropies a déclaré :

Le projet pilote de l’Utah est un autre signe que l’élan en faveur du vote mobile dans notre pays est réel et appuie notre théorie selon laquelle lorsque vous montrez aux gens une bien meilleure façon de faire quelque chose, il y a une demande. Alors que nous entrons dans une année d’élections présidentielles, nous devons continuer à supprimer autant de barrières et d’obstacles que possible pour que beaucoup plus de gens puissent participer à notre démocratie.

 

Et au niveau de la sécurité ?

L’application pilote utilise la même technologie de vérification déjà utilisée par la plupart des nouveaux smartphones : la reconnaissance faciale ou digitale.

Les électeurs qui se qualifient pour le projet pilote, dont le nombre estimatif n’est que d’environ 60 pour les primaires et d’environ 200 pour l’élection générale, téléchargeront l’application sur leurs smartphones et devront y envoyer une pièce d’identité pour s’inscrire. Ensuite, lorsqu’ils seront prêts à voter, ils soumettront leur bulletin de vote par le biais de l’application, qui vérifiera leur identité.

Au niveau de la sécurité de l’application, même si l’utilisation d’une blockchain est de rigueur, il n’est pas certain que cela soit complètement à l’abri d’une quelconque attaque. Larry Moore, vice-président de Voatz, la startup ayant développé l’application, a ajouté :

Je ne dis pas que c’est impossible à hacker parce qu’on ne le sait jamais jusqu’à ce que ce soit fait… mais il y a plusieurs choses qui le rendent extrêmement difficile.

Selon les dires de Larry Moore, puisque l’application Voatz est construite avec des mesures de sécurité déjà utilisées dans certains smartphones et utilise la technologie de la blockchain, ce qui assure qu’elle est « pratiquement intouchable ».

Larry Moore, reconnais qu’il y aura toujours des sceptiques quant à la mise en oeuvre d’un tel projet. La « mission unique » de Voatz, a-t-il dit, « est de fournir la capacité de vote la plus sûre de la planète ».

 

L’implémentation du « blockchain voting » pour des élections présidentielles est encore lointaine. Il faudra dans un premier temps s’assurer de la sécurité du système, mais aussi de vérifier si les électeurs s’intéressent vraiment à cette option pour donner leur voix. Néanmoins, le potentiel d’une telle application est gigantesque et pourrait vraiment faire augmenter le taux de participation des électeurs, tant qu’une confiance s’installe à long terme.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar