Aux États-Unis, l'Assemblée législative de l'État de Virginie envisage d'étudier le recours à la blockchain pour améliorer et sécuriser davantage tous les processus propres aux élections.

 

L'implémentation attendra encore

Présenté le 27 décembre et prévu pour le 8 janvier, le nouveau projet de loi demande au Département des élections de déterminer si la technologie de la blockchain devrait être envisagée pour sécuriser les dossiers des électeurs et les résultats des élections.

Selon le projet de loi, les applications de la blockchain pourraient être nombreuses :

La technologie de la blockchain a le potentiel d'avoir un impact profond dans tout domaine qui nécessite des transactions enregistrées, comme la tenue des dossiers du gouvernement, le vote, la chaîne de garde et le comptage des votes. Par conséquent, il est maintenant RÉSOLU par la Chambre des délégués, le Sénat étant favorable, que le ministère des Élections soit prié d'étudier l'utilisation de la technologie de la blockchain pour protéger les dossiers des électeurs et les résultats des élections.

S'il est adopté, le projet de loi demanderait en outre à l'Agence des technologies de l'information de la Virginie de fournir une assistance pendant l'étude. Sur ce point, le projet de loi précise que les tests se feront sur presque 2 années :

Le Département des élections devra terminer ses travaux pour la première année au plus tard le 30 novembre 2020, et pour la deuxième année au plus tard le 30 novembre 2021. Ensuite, le Département des élections devra soumettre au gouverneur et à l'Assemblée générale un résumé et un rapport de ses conclusions.

Le ministère devra également déterminer si les coûts et les avantages de l'utilisation de la blockchain l'emportent sur ceux des mesures traditionnelles d'inscription et de sécurité des élections. Par ailleurs, le ministère devra faire des recommandations sur la façon dont cette technologie sera mise en oeuvre. Il n'est pas certain que l'entièreté du processus sera réalisée avec la blockchain dans un premier temps.

 

L'avenir des élections ?

Des efforts législatifs similaires ont été déployés dans le passé, notamment dans l'État voisin, la Virginie-Occidentale. En mai 2018, les primaires de l'État ont permis de réaliser des tests avec un petit groupe de personnes. Ces derniers ont participé au premier vote soutenu par une blockchain de l'histoire des États-Unis.

Depuis lors, la ville de Denver dans le Colorado et le comté de l'Utah ont tous deux mené avec succès des projets pilotes de vote « blockchainisés ».

Des efforts similaires ont également été entrepris dans des pays du monde entier, notamment en Uruguay, en Thaïlande et en Corée du Sud.

 

L'un des problèmes majeurs qu'il reste à résoudre pour ce type d'initiative est sa sécurité. Alors que les partisans de la blockchain soutiennent que cette technologie pourrait accroître la participation des électeurs et améliorer la sécurité, certains experts en cybersécurité affirment que la blockchain rend les processus électoraux trop compliqués et pas plus sûrs que d'autres systèmes électoraux déjà connectés à Internet. L'avenir et les prochaines expérimentations prouveront, ou pas, que la blockchain est une bien meilleure option.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments