Le média The Block et la Blockchain Association ont récemment publié un rapport sur les emplois cryptos dans le monde. Il donne des indications sur les zones géographiques en demande de travailleurs spécialisés.

 

Qui sont les employeurs du secteur des cryptos ?

Pour établir cette cartographie, le rapport a étudié les entreprises qui ne font pas partie de la Blockchain Association, cela afin de conserver une certaine impartialité. Ce qui se dégage en premier lieu de l’étude, c’est une certaine concentration des emplois. Sur les 200 000 emplois du secteur des actifs numériques, une part très importante est proposée par des entreprises similaires :

« 85% des professionnels de l’industrie des actifs numériques sont employés par des exchanges, des firmes de développement, ou des entreprises de mining. »

👉 Plus d’infos sur les entreprises blockchain dans notre guide : la blockchain en pratique

 

Alors qui emploie le plus ? C’est l’exchange coréen Huobi qui remporte la palme, suivi par Coinbase aux États-Unis, et OKEx, un exchange originaire de Hong Kong qui s’est établi à Malte. Au total, 46% des plus grands employeurs sont des exchanges, dont certains publient des cryptos. La liste complète nous donne un panorama intéressant de l’industrie :

Employeurs cryptos dans le monde

Source : The Block

👉 Quels sont les sites pour l'achat de bitcoin ? Réponse dans notre article

 

On trouve également plusieurs entreprises liées à des altcoins majeurs dans ce top, dont la Fondation TRON à la neuvième place, suivie par Ripple Labs à la dixième. On trouve aussi plus loin Bittrex, la Fondation Maker, Paxful et Gemini.

Quant à la répartition géographique, elle indique que les régulations sont particulièrement importantes pour les entreprises cryptos. 66% des plus gros employeurs sont ainsi situés en dehors des États-Unis. Et 42% des firmes ont choisi des régions avec des régulations plus souples et moins onéreuses. C’est pourquoi la répartition montre des zones réputées plus laxistes, comme les Iles vierges britanniques, Gibraltar ou les Iles Cayman :

Répartition employeurs cryptos

Source : The Block

 

Mais cela ne veut pas dire que les firmes n’ont pas l’œil sur les États-Unis : 91% d’entre elles estiment que le manque de réglementation les freine dans leur établissement sur le sol américain, et appellent donc à plus de clarté. Le rapport indique également l’émergence de Singapour en tant que territoire attractif pour les entreprises cryptos. Un peu moins de 40% des projets ayant lancé une vente de tokens quelle qu’elle soit en 2019 l’ont fait depuis Singapour.

👉 Apprenez-en plus dans notre dossier sur la régulation des crypto-actifs

 

L’Union européenne dans son ensemble ne représente quant à elle que 8.3% des employeurs cryptos. Côté Français, Ledger figure cependant dans le top 30 des plus gros employeurs cryptos, avec un nombre de salariés listé aux alentours de 200.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments