Après avoir globalement chuté ces dernières années, la part des transactions en cryptos qui sont effectuées sur le Dark net a augmenté en 2019. Ce chiffre peut surprendre quand on sait que les autorités sont de plus en plus vigilantes en matière de crimes crypto.

 

Les transactions illégales du Dark Net en hausse

C’est dans un rapport sur les crimes liés aux cryptos publié par Chainalysis qu’on trouve cette tendance. On le sait, les revenus du Dark net sont en hausse depuis le début des années 2010, à part une chute notable en 2017. Depuis 2015, la part des échanges de crypto-monnaies destinés au Dark net diminuait cependant. Ce n’est maintenant plus le cas, comme l’explique l’analyse : « pour la première fois depuis 2015, les marchés du Dark net ont augmenté leur part des transactions en crypto-monnaie entrantes, elles ont doublé de 0.04 % en 2018 à 0.08 % en 2019 ».

Cryptos et Dark net évolution

Source : Chainalysis

 

Cela montre donc une certaine évolution des places de marchés illégales du Dark net, comme le résume Chainalysis :

« Bien que la part représentant les marchés du Dark net dans le total des transactions en cryptos reste extrêmement basse à 0.08 %, l’augmentation récente des volumes indique une résistance des marchés du Dark net face à la surveillance plus poussée des forces de l’ordre. »

 

L’étude confirme en effet que bien que des places de marchés aient été fermées (8 en 2019), de nouvelles apparaissent rapidement. L’année dernière, 8 nouveaux sites ont ainsi vu le jour, ce qui n’a pas permis de faire baisser le nombre de marchés actifs (49 au total). Par ailleurs, Chainalysis note que la progression de ces activités n’est pas due à des montants de transactions plus importants, mais à une quantité de transactions plus élevée : c’est-à-dire que le nombre d’utilisateurs de cryptos sur le Dark net a grimpé.

Quant à la nature des achats effectués, ils restent sans grande surprise centrés autour des drogues illégales. Les sites qui proposent la vente de drogues restent en effet les plus populaires sur le long terme.

👉 Découvrez plus de 80 fiches sur les projets de monnaie numérique actuels

 

Une mauvaise stratégie des forces de l’ordre ?

Comme l’explique le rapport, la stratégie des forces de l’ordre, qui consiste à s’attaquer aux places de marché afin de les fermer successivement, montre ses limites. De nouveaux sites apparaissant constamment, il semble en effet difficile d’endiguer le problème. D’autant plus que les sites s’adaptent à la surveillance accrue. Chainalysis indique ainsi que certaines places de marché sont construites sur des architectures entièrement décentralisées, qui leur permettent d’éviter d’être fermées. Enfin, la tâche des forces de l’ordre pourrait être encore compliquée par l’arrivée de monnaies anonymes comme Monero (XMR), qui reste cependant encore minoritaire.

👉 Plus d’info sur notre analyse du projet Monero

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments