Busan a été déclarée zone « sans réglementation » pour le développement des entreprises travaillant dans le domaine la blockchain par le gouvernement national sud-coréen, une mesure attendue depuis longtemps, mais maintenant formalisée dans le cadre d'une plus grande campagne de libéralisation.

 

De nombreux cas concrets d'utilisations 

Le ministère des PME et des startups a annoncé le 24 juillet que la deuxième plus grande ville du pays par sa population, Busan, accueillera un large éventail d'offres liées à la finance, à la sécurité publique et au tourisme rattachés à la blockchain. Cette initiative pourrait potentiellement intégrer 3,4 millions de personnes dans la technologie.

BNK Busan Bank, l'unité bancaire du BNK Financial Group, dont le siège est à Busan, se chargera des applications de la blockchain pour la ville dans le domaine financier. La société Fintech Hyundai Pay s'associera également à la société de services touristiques Korea Tour Pass, qui a signé un protocole d'accord avec la ville de Busan en février de cette année.

Pendant ce temps, la société Coinplug travaillera sur une application qui permettra au public de soumettre des séquences vidéo d'incidents de circulation ou de catastrophes naturelles. Les vidéos seront partagées en toute sécurité avec les autorités compétentes, en vue de réduire les temps de réponse. Coinplug travaille aussi avec le service postal national coréen sur une solution de paiement.

Le cas d'utilisation final se concentrera sur la logistique, le réseau de Sigmachain étant choisi pour le développement d'une application de logistique maritime. Conçue en Corée, Sigmachain est une blockchain de qualité supérieure pouvant atteindre des nombres élevés de transactions par secondes.

L'entreprise a également formé la Sigmachain Network Alliance, un regroupement de 100 entreprises basé sur Sigmachain. La plateforme est déjà en cours d'exécution d'applications de réseaux sociaux, de jeu vidéo, de wallets, d'éducation et de santé.

 

Pas encore tout à faire libre ...

Comme nous l'avons annoncé le mois dernier, Busan se voit néanmoins freinée par le gouvernement, en effet la région ne sera cependant pas totalement libre, les ICOs ne seront toujours pas autorisées, et le projet est toujours très conservateur en matière de cryptomonnaies.

Le stablecoin envisagé par la ville de Busan sera très limité en termes d'utilisation. Il s'agira principalement d'une composante d'un système de récompenses incitant à la participation à d'autres offres de la blockchain locale et ne pourra être utilisé que dans certains établissements, ce qui en fera davantage une sorte de bon d'achat qu'une cryptomonnaie. Busan a explicitement déclaré que les réformes ne sont pas conçues pour être liées à la cryptomonnaie, mais plutôt à la technologie de la blockchain elle-même.

 

Malgré ces difficultés, la ville de Busan compte bien profiter de ses droits en termes de blockchain et attirer le plus d'entreprises possible pour y développer la technologie sur son territoire et pour ses infrastructures. Si jamais les ICOs venaient à être ré-autorisées, il est certain que la région sera encore plus attractive et pourra relancer cette composante particulière du secteur des cryptomonnaies qui manque tant à la Corée du Sud.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments