Selon la BRI, les altcoins des GAFA présentent un risque potentiel pour les banques

 

La Banque des Règlements Internationaux (BRI) a publié un rapport dimanche 23 juin détaillant sa position sur les grandes entreprises de la Tech et les crypto-monnaies. Peu de temps après la sortie du whitepaper de la cryptodevise de Facebook, cela montre une certaine méfiance de la part des banques centrales, qui craignent l’influence des GAFA sur le monde des cryptos.

 

La BRI se méfie des GAFA

La BRI existe depuis 1930. Elle rassemble de nombreuses banques centrales mondiales en Suisse, afin de mieux coopérer sur des questions financières. Elle s’est penchée sur la question crypto, et ce qui pourrait advenir si les grandes entreprises de la Tech (GAFA – Google Apple Facebook Amazon) se lancent définitivement dans les crypto-monnaies.

Selon le rapport de la BRI, la taille de ces entreprises peut contribuer à perturber grandement le paysage : « Quand on connaît leur taille et l’étendue de leur base clientèle, l’entrée des grandes entreprises de la Tech dans la Finance pourrait potentiellement créer des changements rapides pour l’industrie. » Notamment pour les personnes non bancarisées, qui se tournent de plus en plus vers les crypto-monnaies.

Mais au-delà de ces avantages, ces développements peuvent également représenter des risques selon la BRI. Notamment « certains problèmes courants liés à la stabilité financière et à la protection du client dans de nouveaux domaines. […] Dans le cas des systèmes de paiement, les grandes entreprises ont le potentiel de devenir très rapidement des institutions financières systématiques et essentielles. » Une hégémonie d’un Facebook coin ou d’un système similaire appliqué par Apple ou Amazon pourrait en effet apporter des alternatives non bienvenues par les banques centrales, qui sont en quête constante de stabilité.

 

Libra trouvera-t-elle son marché ?

En attendant, le whitepaper de Libra sorti la semaine dernière a répondu à certaines interrogations mais en a soulevé d’autres. Et suscité la méfiance globale des institutions, dont la Réserve fédérale des États-Unis. En France, cela s’est traduit par une sortie du ministre des Finances Bruno Le Maire. Il a ainsi rappelé que « seules les banques centrales pouvaient assurer le rôle de préteur en dernier recours ». Quant à Mark Carney, qui gouverne la Banque centrale du Royaume-Uni, il a quant à lui estimé qu’une surveillance particulièrement stricte devrait s’appliquer à ce Libra Coin.

Projetée sur le devant de la scène, la crypto de Facebook pourrait donc avoir du mal à trouver ses marques, si les régulateurs de tout bord continuent de se méfier d’elle. Cela pourrait cependant faire le bonheur d’autres crypto-monnaies. Certains voient en effet son influence dans la percée soudaine du Bitcoin (BTC), qui a dépassé ce week-end les 10 000 dollars.

 

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar