La Banque de Corée (BOK), la banque centrale de Corée du Sud, se lance dans le développement d'un système de gestion des obligations d'État basé sur une blockchain. L'entité est actuellement à la recherche d'un opérateur capable de lui fournir ce service. L'information a été communiquée par le média local Yonhap Infomax le 18 février.

 

La blockchain au sein des procédés gouvernementaux

En quelques mots, les obligations d'État sont des titres de créance émis par un État visant à financer ses diverses dépenses en empruntant des fonds sur les marchés financiers. Par conséquent, cette initiative marquerait un cas d'utilisation supplémentaire pour la blockchain dans la finance traditionnelle.

Avec ce système, la banque centrale sud-coréenne a l'intention de tirer parti de la technologie de la blockchain pour l'ensemble du processus, de l'émission d'obligations au règlement.

Le programme de développement de la simulation initiale est mené par l'équipe recherche sur la monnaie numérique de la BOK.

Le projet d'obligations d'États utilisant la blockchain impliquerait des nœuds distincts gérés par l'autorité de régulation sud-coréenne, la Commission coréenne du commerce équitable, la Banque de Corée et d'autres institutions financières, note le rapport.

👉 À lire également : Corée du Sud : une université utilise la blockchain pour délivrer ses diplômes.

 

Une idée ayant fait ses preuves

Le BOK aurait été inspiré par la Banque mondiale, qui a levé un total de 108 millions de dollars en 2018 grâce à deux ventes d'obligations détenues sur une version privée de la blockchain Ethereum, en collaboration avec Commonwealth Bank, une banque australienne.

Le projet d'obligations d'États utilisant la blockchain impliquerait des nœuds distincts gérés par l'autorité de régulation sud-coréenne, la Commission coréenne du commerce équitable, la Banque de Corée et d'autres institutions financières, note le rapport.

Selon un fonctionnaire de la banque centrale, l'institution a déjà testé le potentiel de la blockchain sur le marché des obligations :

Nous utilisons des obligations d'État pour enregistrer les transactions de titres et d'espèces dans un livre distribué et tester si un système de négociation de paiement simultané en temps réel est possible.

Les tests réalisés en interne se sont donc montrés concluants et la Banque de Corée souhaite poursuivre et accélérer ses travaux en trouvant une startup blockchain partenaire.

👉 À lire sur le même sujet : La Banque mondiale émet 33 millions de dollars de ses obligations blockchain.

 

Pour que ce système voie le jour, la Banque de Corée devra néanmoins trouver une startup blockchain locale ayant les capacités de répondre à ses attentes.

Avec son impressionnant bagage de produits et de partenariats conclus avec des banques privées sud-coréennes, la startup locale ICONLOOP pourrait être un candidat envisageable.

Grâce au climat réglementaire favorable à l'utilisation de la blockchain au cœur de nombreuses entités privées et maintenant à son implémentation dans des processus de l'État sud-coréen, la technologie pourrait se faire une place de plus en plus importante au pays du matin calme.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments