La Banque mondiale émet $33M de ses obligations blockchain

 

The World Bank

 

La Banque mondiale a annoncé le 16 août qu’elle a levé 33 millions de dollars supplémentaires, portant le montant total émis à 108 millions de dollars, pour son obligation dénommée « Kangourou » qui arrivera en août 2020, en utilisant une version privée de la blockchain d’Ethereum (ETH).

 

Une volonté d’intégrer la blockchain au cœur du système

Les obligations sont des titres de créances, émises généralement par les sociétés et les États pour emprunter des fonds sur les marchés. En souscrivant à une obligation, l’acheteur prête donc à l’organisme émetteur. Au terme de l’emprunt, l’acheteur reçoit en contrepartie un intérêt annuel. De plus,
avant la fin du processus, l’acheteur est libre de vendre ou d’acheter des obligations.

Selon le rapport, l’initiative élargit la plateforme basée sur la blockchain « Bond-i » de la Banque mondiale en combinant trois cogérants principaux : Commonwealth Bank of Australia (CBA), RBC Capital Markets et TD Securities. Andrea Dore, responsable du financement à la Banque mondiale, a déclaré :

Nous sommes heureux de constater le soutien et la collaboration continus et solides des investisseurs et des partenaires. L’innovation et l’expérience de la Banque mondiale sur les marchés des capitaux sont essentielles pour travailler avec nos pays membres afin d’accroître la numérisation pour stimuler la productivité de leurs économies et accélérer les progrès vers les objectifs du développement dans le long terme.

Sophie Gilder, responsable de la blockchain et de l’intelligence artificielle chez Commonwealth Bank of Australia (CBA), a évoqué les avantages que la technologie de la blockchain apporte aux obligations :

La CBA a maintenant des preuves tangibles de notre première offre d’obligations utilisant la blockchain et la gestion subséquente des obligations, la négociation secondaire et l’émission d’obligations par la même plateforme, que cette technologie peut offrir un nouveau niveau d’efficacité, de transparence et de capacité de gestion du risque comparativement à l’infrastructure existante du marché.

 

La plateforme créée pour ces obligations permettrait des transactions plus rapides, plus efficaces et plus sûres. Celle-ci s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus large visant à ajouter la blockchain au sein des systèmes de la Banque mondiale. La Banque mondiale a affirmé que la technologie de la blockchain a le potentiel d’aider à rationaliser et à simplifier le processus d’émission d’obligations et de faire progresser sa mission d’éradication de la faim et de la pauvreté dans le monde.

En avril dernier, la Société Générale a eu recours au même type d’obligations et a émis pour près de 100 millions d’euros d’obligations elles aussi basées sur la blockchain Ethereum.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar