La Banque mondiale et le FMI lancent une « quasi crypto-monnaie » sur une blockchain privée

Le Fonds Monétaire International (FMI)

La Banque mondiale et le Fonds Monétaire européen (FMI) se sont associés pour lancer une blockchain privée, avec un token circulant exclusivement en interne : le « Learning Coin ». Ce projet permettra à ces deux institutions et à leurs employés de mieux comprendre le monde des crypto-actifs et le fonctionnement de la blockchain.

 

Une « quasi crypto-monnaie » qui a tout d’une grande

Selon le Financial Times qui a transmis cette information, la cryptodevise développée par la Banque mondiale et le FMI n’a pas de valeur intrinsèque. Elle est donc pour l’instant qualifiée de « quasi crypto-monnaie ». Elle circule par ailleurs sur une blockchain privée qui n’est accessible que par les deux institutions. Cela dit, grâce à son but éducatif elle fonctionne de manière très similaire aux « vraies » crypto-monnaies. À terme, la blockchain et ses tokens soutiendront une application qui permettra de stocker des blogs, des vidéos, des présentations, mais aussi des outils de recherche.

D’après les informations du Financial Times, le FMI aurait annoncé souhaiter mieux comprendre l’avancée fulgurante des technologies liées à la blockchain. « Le développement des crypto-actifs et de la technologie des registres distribués évolue rapidement, ainsi que la masse d’informations (à la fois neutre et intéressée) qui les entoure. Cela force les banques centrales, les régulateurs et les institutions financières à reconnaître un décalage de connaissances entre les législateurs, les décideurs, les économistes et cette technologie. »

 

Vers une police des crypto-monnaies ?

Mais cette visée éducative pourrait n’être que le début d’une procédure régulatrice initiée par la Banque mondiale et le FMI. Les techniques développées sur leur blockchain pourraient permettre le lancement de contrats intelligents (smart contracts) pour soutenir les opérations de ces institutions et combattre le blanchiment d’argent. Devant une nébuleuse des altcoins qui a longtemps semblé les dépasser, ces deux acteurs paraissent maintenant décidés à obtenir plus de transparence. La directrice générale du FMI Christine Lagarde avait d’ailleurs évoqué le sujet il y a quelques jours, estimant que les crypto-actifs étaient « clairement en train de bouleverser le système », pour le meilleur et pour le pire.

Ce nouvel intérêt de ces deux institutions arrive donc tardivement, mais de manière presque inévitable devant l’avancée toujours plus marquée des investissements en cryptodevises. Avec à la clef, une possible légitimation des crypto-monnaies, mais aussi des marchés plus contrôlés. La crypto-communauté, qui jongle toujours entre désir de régulation et rejet des règles financières, devrait donc suivre les suites de cette affaire avec beaucoup d’intérêt…

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar