L'université de science et de technologie de Pohang (POSTECH) en Corée du Sud a décidé de délivrer des diplômes stockés sur une blockchain à ses nouveaux diplômés.

 

Une solution de premier choix

Le 7 février, les 828 nouveaux diplômés de POSTECH ont reçu un mail contenant un QR code lié à leur « diplôme blockchainisé ». Les diplômes sont créés par le service de certification « broof ».

Ce service a été lancé en mai 2019 par ICONLOOP (ICX), l'une des principales startups blockchain de Corée du Sud, fondée par des anciens de l'école. En quelques mots, broof permet à ses utilisateurs d'émettre, de gérer et de consulter des certificats en ligne via le réseau de blockchains publiques d'ICONLOOP.

La décision d'utiliser la technologie de la blockchain est liée à la récente épidémie de coronavirus. En raison des risques potentiels de transmission liés aux rassemblements de masse, l'université n'organisera pas de cérémonie pour la remise des diplômes. À ce sujet, un responsable de POSTECH a déclaré :

Comme la cérémonie de remise des diplômes ne pourra pas avoir lieu à temps en raison du nouveau coronavirus, les étudiants pourront recevoir des diplômes numériques sans avoir à se rendre en personne dans les locaux de l'établissement.

Toutefois, la délivrance d'un diplôme physique restera privilégiée et aura tout de même lieu dans quelques mois :

La cérémonie de remise des diplômes, qui a été reportée au mois de juillet, délivrera des certificats numériques aux étudiants de la même manière que les diplômes traditionnels existants.

Diplômes blockchain

Aperçu du diplôme blockchainisé -  Source : MK.

 

Une future norme pour les diplômes ?

Les diplômes stockés sur une blockchain publique présentent des avantages certains en comparaison aux diplômes délivrés sur papier.

Grâce à broof, les diplômes ne peuvent plus être falsifiés ou modifiés. L'immuabilité et la sécurité du système permettent par conséquent aux employeurs, aux agences gouvernementales et aux universités de vérifier facilement l'authenticité d'un certificat.

Le fondateur du projet ICON, Min Kim, estime que les certifications basées sur des blockchains pourraient devenir la norme à l'avenir :

POSTECH, l'une des meilleures universités de Corée du Sud, prévoit de délivrer des diplômes universitaires en utilisant broof. Nous envisageons que ce sera un jour une norme de facto pour toutes les universités, les lycées, les collèges, les écoles primaires, les écoles en ligne, etc. Ça, c'est de la vraie adoption.

Suite à cette annonce, le prix du token de la startup, ICON, a considérablement augmenté passant de 0,30 dollar à 0,60 dollar en quelques heures. Sa capitalisation totale, elle, est passée de 140 millions de dollars à 311 millions de dollars. À l'heure de l'écriture de cet article, le prix du token s'est stabilisé autour des 0,43 dollar.

En octobre dernier, la startup sud-coréenne a levé près de 8,3 millions de dollars dans le cadre d'une levée de fonds de série A. Une somme considérable qui place ICONLOOP parmi les startups les plus financées au monde.

ICONLOOP utilisera les nouveaux fonds qu'elle a perçus pour le lancement de son service d'authentification d'identité numérique par blockchain, « my-ID ».

👉 À lire sur le même sujet : la startup blockchain ICONLOOP lève 8,3 millions de dollars pour son système d'authentification d'identité.

 

D'autres universités à travers le monde l'on également expérimenté voir adopté. C'est notamment le cas du Massachusetts Institute of Technology (MIT) qui a mené un projet pilote pour des diplômes blockchain en 2017. Avec les efforts d'ICONLOOP et l'essor de l'utilisation de la blockchain en Corée du Sud, il est envisageable que la startup soit à nouveau partenaire d'initiatives similaires dans un futur proche.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments