La Banque de réserve de l'Inde (RBI) a confirmé que le Bitcoin (BTC) et les cryptomonnaies n'étaient pas interdits en Inde. La RBI a clarifié qu'elle ne mettait en garde que les entités qu'elle réglemente, telles que les banques, contre les risques liés au trading de ces actifs.

L'information a été diffusée par The Economic Times, déclarant dans un rapport publié hier avoir eu accès à une copie de la déclaration sous serment de 30 pages déposée à la Cour en septembre.

 

Un investissement légal pour les particuliers

Lors d'une audience à la Cour suprême la semaine dernière, l'avocat de l'Association indienne pour l'Internet et la téléphonie mobile (IAMAI), Ashim Sood, a fait une lecture détaillée des réponses fournies par la banque centrale.

L'IAMAI, également composée d'exchanges locaux, a déposé une requête contre une directive de la RBI de 2018.

La RBI a alors été ordonnée par la Cour suprême de répondre à chaque point soulevé dans la réclamation concernant les restrictions bancaires qu'elle a imposées à l'industrie de la cryptomonnaie, y compris pour les exchanges. Dans sa déclaration sous serment, Ashim Sood a expliqué :

Tout d'abord, la RBI n'a pas interdit les VC (monnaies virtuelles) dans le pays. La RBI a ordonné aux entités qu'elle réglemente de ne pas fournir de services aux personnes ou entités qui spéculent sur les VCs ou les établissent... La RBI a pu empêcher les entités qu'elle réglemente d'être impliquées dans des activités qui posent des risques financiers et de notoriété ainsi que d'autres risques juridiques et opérationnels.

La banque centrale de l'Inde a également mentionné les cas où les cryptomonnaies sont utilisées pour financer des opérations terroristes en les utilisant pour acheter des biens illégaux et illicites, notamment des armes à feu et des munitions. Un lien qui est encore largement répandu dans l'esprit de certains gouvernements.

👉 À lire sur le même sujet : USA : le lien entre cryptos et terrorisme pointé du doigt au Congrès.

 

Une régulation jusqu'alors floue

Dans un communiqué publié en avril 2018, des propos tenus par la Banque centrale ont indirectement touché les locaux qui ne pouvaient plus investir dans les cryptomonnaies en raison du manque de plateformes agréées pour cette activité :

Les monnaies virtuelles (VC) soulèvent des préoccupations en matière de protection des consommateurs, d'intégrité du marché et de blanchiment d'argent, entre autres. Compte tenu des risques associés, il a été décidé, avec effet immédiat, que les entités réglementées par la RBI ne doivent pas traiter ou fournir des services à des particuliers ou des entreprises qui négocient ou règlent des VC.

À la suite de ces propos, les entreprises concernées se sont battues pour contrer la décision de la RBI de couper leurs services bancaires, ce qui a contraint à cette époque la majorité des exchanges à fermer ou à délocaliser leurs activités à l'étranger.

 

Grâce à ces nouvelles confirmations en provenance de la banque centrale de l'Inde, les investisseurs n'ont donc plus de soucis à se faire et peuvent se procurer des cryptomonnaies sans risques apparents. Binance semble déjà l'avoir compris et lance sa prochaine IEO qui se concentrera sur le marché indien, WazirX (WRX).

👉 À lire sur le même sujet : Binance Launchpad accueille une nouvelle IEO : WazirX (WRX).

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments