Lors d'une réunion du 19 août 2019, le Ministère de l'Industrie de la province argentine de Misiones a annoncé qu'il récompensera bientôt ses citoyens avec une nouvelle cryptomonnaie pour la bonne gestion des déchets, le « Jellycoin ».

 

Récompenser la totalité de la chaîne

Les résidents qui souhaitent participer n'ont qu'à créer un compte sur le réseau JellyCoin et s'inscrire « producteur », « collecteur » ou « générateur » de déchets. Chaque producteur est alors tenu de télécharger des informations concernant les articles qu'il rejette. La plateforme relie ensuite le producteur à un collecteur, des personnes chargées de trier des articles spécifiques, comme les plastiques, les métaux et les déchets organiques. Ceux-ci livrent ensuite ces déchets aux générateurs.

À la fin du processus, tout le monde est récompensé pour la gestion de ses déchets. Le gouvernement n'a cependant pas encore détaillé pourquoi la création d'une nouvelle cryptomonnaie est envisagée alors qu'il pourrait en utiliser une autre déjà existante. De plus, le ministère argentin de l'Industrie n'a pas encore révélé ce que sera exactement le JellyCoin et ce à quoi il pourra servir. Il est fort probable que ce soit un stablecoin qui pourra être utilisé pour des services publics.

L'objectif de la province est aussi de créer un système de gestion décentralisé, ouvert et transparent, offrant un haut niveau de sécurité, permettant l'accès à l'information à tout moment et par tout le monde. Cela pourrait notamment éviter les abus et mettre en évidence certaines mauvaises pratiques.

 

L'Argentine pionnière sur les “éco-cryptos”

Au cours des derniers mois, les initiatives de relier le recyclage des déchets et les cryptomonnaies se sont multipliées en Argentine. Non seulement à titre d'initiatives gouvernementales, mais aussi dans le cadre de projets de source privée. C'est le cas d'Ecodocta, un projet parrainé par l'Université catholique de Córdoba.

Ecodocta propose de récompenser les actions de protection de l'environnement avec un token dédié, le Docta, enregistré sur la blockchain NEM. Chaque fois qu'une personne dépose un emballage recyclable au sein d'une machine spécialement conçue pour le projet, elle reçoit en retour du Docta.

En ce qui concerne les initiatives gouvernementales, la municipalité de Marcos Paz dans la province de Buenos Aires a annoncé en juillet le lancement du Marcos Paz Asset (MMP). Avec cette cryptomonnaie gérée par la ville, ils récompenseront leurs citoyens pour la protection de l'environnement, en plus d'une réduction applicable sur leurs impôts.

 

L'Argentine compte bien continuer dans ce sens et proposer toujours plus de cas d'utilisations à la cryptomonnaie pour sa population. La sauvegarde de l'environnement semble être un secteur propice au développement de tels tokens et à leurs distributions.

Récemment, la capitale de la Corée du Sud, Séoul, a annoncé la mise en place prochaine d'une cryptomonnaie citoyenne, le S-Coin. Celle-ci sera décernée aux utilisateurs de services de transports publics tels que des vélos en libre-service. De plus en plus de villes et gouvernements s'intéressent à cette option pour encourager leurs citoyens à réaliser certaines actions bénéfiques pour la planète.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments