Cet article est écrit en partenariat avec Votelab (en savoir plus)

La France adoptera-t-elle le vote blockchain ?

Notre démocratie est-elle en péril ? Les récentes élections régionales ont été marquées par des taux d’abstention record, en particulier chez les moins de 25 ans : 87% des électeurs de cette classe d’âge ne se sont pas déplacés jusqu’à leur bureau de vote au premier tour. Les causes de ce désintérêt sont multiples, et parmi l’arsenal de mesures et d’actions discutées pour s’attaquer à l’abstention, le vote à distance s’impose cette fois dans les débats.

Les avis sont très tranchés et les discussions sur la twittosphère - comme celles suscitées par les tweets du journaliste Jérôme Colombain - sont houleuses ; de nombreuses voix affirment de façon péremptoire l’impossibilité technique du vote numérisé, ce qui semble révélateur d’une méconnaissance des technologies actuelles.

 

Et si la solution se trouvait dans la technologie blockchain ? Suffisamment sécurisée et auditée, une blockchain spécifiquement créée pour répondre à ce besoin pourrait changer la donne, et grandement faciliter le vote à distance, directement depuis un smartphone par exemple. C'est sur ce créneau que la startup française Votelab souhaite changer la donne et développer la démocratie numérique et de nouvelles formes de participation citoyenne.

Créée en amont de la startup Votelab et par la même équipe, la Fondation Civicpower est une association de loi 1901 qui a vu le jour en 2020. Cette dernière met à disposition des citoyens et des élus une plateforme de vote transparente, open-source, décentralisée, souveraine et indépendante des forces politiques, groupes d’influence, entreprises ou États.

Civicpower propose une nouvelle façon de voter simplement, depuis un smartphone grâce à un procédé qui rend le vote inaltérable. Son application mobile permet à chaque participant de :

  • préserver le secret de son vote ;
  • de vérifier le contenu de son vote ;
  • de le voir dans le décompte global.

La technologie d'enregistrement distribué des votes de Civicpower rend les votes émis infalsifiables. Tous les votes sont également vérifiables publiquement en temps réel, ce qui permet à tout participant ou à un tiers de recompter les bulletins numériques via le registre de vote distribué public.

En outre, chaque participant possède un identifiant unique et anonyme qui lui permet de vérifier sa participation sans révéler son identité ou l'expression de son vote.

Participer au développement de Civicpower via son ICO

Serait-ce alors possible d’exprimer un vote authentifié, fiable, sécurisé et secret sur une infrastructure souveraine depuis un smartphone ou un ordinateur ? L'équipe du projet Civicpower en est convaincue, et pour financer sa plateforme, elle lance l'ICO de son token POWER. Son objectif est clair : créer une infrastructure distribuée spécialisée dans la gestion de ce sujet précis. Plus de 3 millions d’euros ont d'ores et déjà été levés depuis le 15 mai dernier et 23 millions de tokens POWER ont été acquis par plus de 3 000 participants.

Le développement de cette infrastructure se divise en plusieurs phases :

  • Phase 1 : version actuelle de l’application utilisant la stack Precedence d’inBlocks, qui est implémentée dans une chaîne de layer 2 Ethereum ;
  • Phase 2 : mise en place du premier datacenter souverain pour héberger l’application et la solution de couche 2 ;
  • Phase 3 : lancement du testnet de la blockchain de vote décentralisée ;
  • Phase 4 : lancement du mainnet de la blockchain de vote décentralisée.

Le token POWER est le support de financement de ce projet, permettant à son équipe de conserver une totale autonomie dans la gouvernance tout en consultant régulièrement la communauté ayant participé à l’ICO. Le modèle économique du POWER est basé sur un système de « Buy Back and Burn », ce dernier se traduisant par l'utilisation de 32% du chiffre d'affaires de l’entreprise pour acheter des tokens sur le marché et les brûler par la suite. De plus le POWER sera l’instrument de paiement de l’organisation des votes sur la plateforme.

Pour Civicpower, il n’est pas question de proposer une solution simpliste à un problème complexe :

« Jamais le vote électronique sécurisé à distance ne sera la solution idéale aux maux de notre démocratie. En revanche, il fait partie de l’obligation de moyens que nos gouvernements et élus se doivent de proposer à leurs concitoyens : un vote simple et proche d’eux, en particulier des plus jeunes, » précise l'équipe.

La démocratie accessible ou « liquide » doit s’adapter à nos vies et aller vers les citoyens plutôt que de continuer à attendre qu’ils viennent à elle. Cette adaptation des habitudes sera progressive, sur un périmètre d’abord limité, pour tester puis développer la pratique en levant les doutes et les soupçons de cette nouvelle application de la blockchain.

D'ici quelques années, il est tout à fait envisageable que la France débute des expérimentations liées au vote numérique. Le déploiement de la carte d’identité électronique (CNIe) a débuté dans certaines régions, mais il faudra certainement patienter une dizaine d'années avant que la carte actuelle ne disparaisse complètement.

Cette nouvelle génération de carte comprend une puce électronique, qui à terme, permettra de prouver son identité en ligne, et d'effectuer de multiples démarches administratives en ligne à la manière de France Connect. Cette nouvelle pièce d'identité, lorsqu'elle sera déployée sur l'intégralité du territoire, pourrait alors être utilisée par une application de vote décentralisée pour drastiquement réduire les risques de fraudes.

👉 Retrouvez le whitepaper de la Fondation Civicpower pour en savoir plus

Réseaux sociaux & liens utiles

Twitter Telegram LinkedIn Facebook Site internet

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n'y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n'est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

Ceci est un article sponsorisé et rémunéré. Cryptoast a fait des recherches préalables sur les produits ou services présentés sur cette page mais ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l'utilisation d'un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d'entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments