L'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), l'un des plus grands groupes politiques allemands, a exprimé son intérêt pour le développement d'un stablecoin basé sur l'euro et surtout géré par l'État. Le parti croit que cette mesure permettra à l'Allemagne de suivre le rythme des progrès technologiques mondiaux, de surveiller pleinement les banques centrales et de réduire les coûts globaux.

L'Union estime que l'Allemagne est stratégiquement positionnée pour devenir un leader mondial dans le développement de la technologie de la blockchain. Et tout commence par la mise en œuvre d'un cadre réglementaire qui appuie le développement de celle-ci. L'Union a publié l'information le 25 juin dans un communiqué de presse officiel.

 

Un intérêt particulier de l'Allemagne pour la blockchain

Nadine Schön, vice-présidente de la politique numérique du CDU, a déclaré que l'approche réglementaire de l'Allemagne ne devrait pas se limiter qu'au Bitcoin (BTC). Elle a évoqué plusieurs autres applications prometteuses de la blockchain, notamment les titres numériques, les identités numériques certifiées par un notaire et les sociétés numériques. À cette fin, le parti a également publié un document de douze pages explorant les différents cas d'utilisation de la technologie.

Le document inclut notamment la mention d'un « Euro numérique » comme l’un des cas d’utilisation potentiels de la technologie de la blockchain. Il décrit ensuite une monnaie numérique contrôlée par l'État qui est moins chère et plus rapide que sa contrepartie fiduciaire, sans la volatilité ni le risque inhérent à la majorité des autres cryptomonnaies.

[tweet 1143424645305110528 align='center']

Conférence de presse passionnante de Nadine Schoen, Thomas Heilmann et TSchipanski, la CDU communique aujourd'hui autour du thème de la blockchain :

« C'est révolutionnaire, aucun autre groupe parlementaire ne l'a fait jusqu'à présent.
Il est clair pour nous que nous y voyons un énorme potentiel ! »

 

Une idée qui doit se faire accepter ...

Les auteurs du document ont poursuivi en spéculant sur la façon dont un stablecoin ne changerait pas la politique monétaire existante si elle n'était pas une monnaie totalement indépendante. Ils ont suggéré qu'une petite partie de l'offre existante en euros soit numérisée et mise à disposition en tant que moyen de paiement global. Concernant sa mise en œuvre, cet euro numérique pourrait être construit comme un token conforme à la norme ERC-20 sur la blockchain Ethereum (ETH), ce qui le rendrait compatible avec un grand nombre de wallets existants.

 

En fournissant un stablecoin reconnu par l'État, la CDU espère probablement que les citoyens ne se tourneront pas vers des alternatives décentralisées, notamment comme le Bitcoin ou tout autre altcoins. Toutefois, étant donné que l'Allemagne n'est qu'un des 19 pays membres de la zone euro et qu'elle n'a pas compétence exclusive sur la Banque centrale européenne, il reste à voir dans quelles mesures cette idée gagnera du terrain au sein des autres gouvernements.

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments