Vitalik Buterin pense que les Bitcoiners pourraient changer d’avis sur la Preuve d’Enjeu

Vitalik Buterin Ethereum

 

Vitalik Buterin a récemment donné son avis sur le débat qui oppose Preuve de Travail (PoW) et Preuve d’Enjeu (PoS), comme le rapport CryptoNews.

 

Vitalik Buterin défend la Preuve d’Enjeu

L’Ethereum Blockchain Hackaton a eu lieu la semaine dernière. C’est à l’occasion de cet événement que Vitalik Buterin s’est livré au jeu des suppositions lors d’une interview. Il a commencé par une théorie qui pourrait faire grincer les « Bitcoin maximalists » : « Qui sait […], peut-être que même le Bitcoin aura une opinion un peu plus favorable de la Preuve d’Enjeu » d’ici à cinq ans. Pour rappel, le plus gros chantier de l’Ethereum actuellement est de passer d’un système de PoW à un système de PoS, afin d’améliorer la scalabilité du réseau.

Selon Buterin, beaucoup de cryptodevises restent bloquées sur la question de l’émission des tokens, qui ont un nombre limité impossible à franchir : « Ils sont vraiment bloqués sur l’idée que l’émission illimitée est mauvaise, que nous devons avoir une limite dure […] et qu’il faut tenir cette ligne dure pour nous distancier des fans de FIAT. »

 

Assurer la pérennité des blockchains

Pour Vitalik Buterin, le problème de cryptos comme le Bitcoin, c’est cependant que les récompenses sont démesurées. Il explique ainsi que récemment, la récompense de production de blocs journalière du BTC était aux alentours de 7 millions de dollars, alors que les frais de transactions journaliers ne représentaient que 140 000 dollars. Pour comparaison, la récompense de production de blocs pour l’ETH est de 2 ETH, avec des frais de transactions compris entre 0.03 et 0.028 ETH.

Selon lui, le problème des blockchains similaires à celle du BTC, c’est que les mineurs seront de moins en moins incités à assurer la sécurité du réseau : « Il n’y a pas de certitude que les blockchains continueront à être sécurisées […] une fois que la quantité de récompenses destinées aux fournisseurs de sécurité, aux mineurs ou aux “stakers” sera 50 fois plus basse que ce qui est le cas en ce moment. »

Buterin explique que c’est la raison pour laquelle l’Ethereum a choisi à l’origine de ne pas avoir de limite de production. Il explique qu’« au lieu d’optimiser pour une émission prévisible, nous allons plutôt optimiser la prédictibilité de la sécurité, car la survie de la plateforme est la chose la plus importante. » Pour prouver cette idée, Vitalik Buterin explique que lorsqu’il interroge la communauté de l’ETH sur la nécessité d’avoir une limite d’émission, la réponse est « universellement non ». L’Ethereum est cependant encore loin de sa transition vers l’Ethereum 2.0 », dont on ne connaît pas encore la date précise.

 

Source image : TechCrunch via Flickr (CC BY 2.0)

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L'ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar