Le créateur de l’Ethereum (ETH) s’est livré au jeu des comparaisons dans une interview parue dans le podcast de 80 000 Hours. Habituellement paisible, Vitalik Buterin n’a pas manqué de distribuer une critique détaillée de ses plus gros concurrents, comme le rapporte le site d’informations Cryptonews...

 

Tron et Eos : trop centralisés selon Vitalik

Le patron de l’Ethereum n’a jamais vraiment caché son dédain pour les blockchains basées sur le modèle de l’Eos (EOS). Selon lui, elles n’essaient même plus d’éviter une trop grande centralisation : “Je crois que [l’Eos et le Tron (TRX)] se disent : “Oh nos bockchains ne sont de toute manière pas vraiment décentralisées, donc nous allons les centraliser encore plus, comme ça nous deviendrons plus efficaces sans avoir de conséquence négative…” […] Ils ne réalisent pas les avantages plus subtils de la décentralisation, et leurs actions auront des conséquences.

Le réseau de l’Ethereum est quant à lui connu pour son attachement au principe de décentralisation, parfois au prix d’une certaine efficacité : la blockchain de l’ETH est engorgée depuis de nombreux mois.

 

Un public manichéen face aux cryptodevises

Buterin regrette également une vision parfois trop manichéenne des crypto-enthousiastes, qui ne laisse pas de place à la subtilité : “Je vois beaucoup de personnes faire une erreur d’une manière ou d’une autre : elles pensent que les crypto-monnaies pourront faire disparaître Venmo [une appli de paiements liée à PayPal], et que si elles n’y parviennent pas il n’y as pas de place pour elles”. Vitalik Buterin estime pourtant qu’il existe des opportunités pour les cryptodevises, qui ne se résument pas nécessairement à une refonte totale des systèmes financiers.

Il met ainsi en garde contre les plus extrémiste des membres de la communauté qui pensent que les cryptos “pouront à elles seules vaincre les gouvernements et […] cela transformera le monde en une crypto-anarchie et ce sera génial

 

Vitalik critique l’appât du gain de certaines crypto-monnaies

Interrogé sur les projets qu’il juge stupides et inutiles, Buterin blague : “Ca commence par un T et ça rime avec “cron”.” Puis il explique plus sérieusement : “En réalité, plus de la moitié des blockchains existantes.” Il estime que beaucoup de projets n’existent que pour faire profiter leurs créateurs, et que cela se fait au détriment du développement de l’écosystème des cryptodevises.

 

Malgré ces sorties plutôt venimeuses, le créateur de l’Ethereum semble conscient des limites de sa propre blockchain. Le mois dernier, il avait expliqué les raisons qui freinaient selon lui l’adoption du réseau. La mise en place de l’Ethereum 2.0 et du sharding pourrait cependant aider l’altcoin à se refaire une santé.

 

Source image : Duncan Rawlinson via Flickr (CC BY-NC 2.0)

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments