Selon une publication du Wall Street Journal le 2 octobre, Visa et MasterCard, ainsi que PayPal et Stripe, reconsidéreraient leur soutien au projet Libra de Facebook.

 

Libra plus que jamais en difficulté ?

Les quatre sociétés de paiement mondiales s'efforcent de conserver des relations positives avec les organismes de réglementation. En effet, le soutien de la plupart des organismes de réglementation est essentiel au succès de la gestion et de l'exploitation des entreprises de transfert de fonds et de paiements. Ces mêmes organismes ont pour la plupart jusqu'à présent exprimé de sérieuses réserves à l'égard de la faisabilité de la Libra. Pour ces raisons, ces actuels membres du projet pourraient remettre en question leurs participations au projet de stablecoin de Facebook.

En effet, en plus des régulateurs américains, ce sont récemment la France et l'Allemagne qui ont menacé d'interdire la Libra dans leurs pays respectifs et aussi à l'échelle européenne. Pour Bruno Le Maire, la centralisation d’un système financier autour d’une seule entreprise est inquiétante. Selon lui, la privatisation d'une monnaie détenue par un seul acteur ayant plus de 2 milliards d'utilisateurs pourrait engendrer des désordres financiers considérables.

Toutefois, Facebook espère toujours aller de l'avant avec la signature officielle de la charte de la Libra Association dès le 14 octobre en Suisse. La Libra Association demandera aux 28 membres fondateurs de réaffirmer leur engagement envers le projet en signant officiellement la charte. Auparavant, les partenaires avaient signé des lettres d'intention non engageantes pour travailler à l'élaboration de cette charte finale.

 

Le projet continuera son développement

David Marcus, responsable de Calibra, le wallet de Facebook créé pour son stablecoin, a annoncé que la première vague de participants à la Libra sera dévoilée durant le mois d'octobre. Afin de souligner à nouveau leur volonté de faire avancer le projet graduellement, les entreprises qui se joindront au consortium ne seront pas tenues de verser immédiatement les 10 millions de dollars d'investissement dont elles avaient précédemment convenu.  Commentant cet événement rendant les choses encore plus difficiles pour Facebook, David Marcus s'est exprimé :

Un changement de cette ampleur est difficile et exige du courage, et ce sera un long processus. Pour que la Libra réussisse, elle a besoin de membres engagés, et bien que je n'aie aucune connaissance des plans de la part d'organisations spécifiques qui ne voudraient pas intervenir, l'engagement envers la mission est plus important que toute autre chose.

Entre-temps, le développement technologique de la Libra progresse plus rapidement que prévu. Calibra, et quatre autres membres de la Libra Association serait en train de faire des tests du réseau de nœuds et des transactions.

 

Sachant que ces quatres partenaires sont parmi les membres les plus influents de la Libra Association, il est probable que d'autres membres initiaux se décident de les suivre et commencent à douter encore plus de la faisabilité du projet. Facebook ne semble pour autant pas se décourager et compte bien continuer à aller de l'avant pour mener à bien son projet et le proposer à sa base d'utilisateurs dès 2020. La semaine dernière, Mark Zuckerberg s'est directement exprimé à ce sujet et a précisé vouloir régler les moindres problèmes avec les régulateurs avant de mettre en ligne la Libra.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments