La Banque centrale de Suède (Riskbank) a confirmé la mise en place d’un environnement de test afin d’élaborer un « e-krona », comme l’explique un communiqué publié en fin de semaine dernière. Elle rejoint ainsi une liste croissante d’institutions d’état ayant choisi de travailler sur une monnaie numérique, dont la Banque de France.

 

Un « e-krona » développé sur plusieurs années par la Suède

La Suède compte prendre son temps pour développer cet e-krona basé sur sa monnaie souveraine, la couronne suédoise (SEK). Le communiqué précise que la première phase de test durera un an, et sera reconductible jusqu’à sept ans. La Riskbank avait récemment sorti deux rapports qui confirmaient l’intérêt de l’institution pour le projet. Ils concluaient une étude de deux ans destinée à comprendre les risques et avantages d’une monnaie virtuelle de banque centrale.

L’initiative sera rendue possible grâce à un partenariat avec l’entreprise de consulting Accenture, qui a remporté l’appel d’offres de la banque centrale. Le but est de produire un environnement de test afin de déterminer comment un « e-krona » pourrait fonctionner en situation réelle. Pour cela, une « plateforme technique » sera développée, avec une interface utilisateur qui permettra de simuler des paiements en e-krona via des moyens variés comme une carte, un téléphone mobile ou une montre connectée.

La Riskbank se montre cependant très prudente sur l’élaboration future de cette monnaie de banque centrale. Elle précise ainsi dans le communiqué : « La Riskbank n’a pour l’instant pas pris la décision d’émettre un e-krona ». Mais le projet reste quand même un signe très favorable, et montre que la Suède a rejoint la liste des pays qui considèrent sérieusement le développement d’une cryptodevise étatique.

 

Des monnaies numériques de banque centrale émergent

Les projets de ce type se sont multipliés ces derniers mois, à mesure que les pays s’ouvrent au secteur des actifs cryptographiques. La Chine ne cesse de communiquer sur la sortie « imminente » de son « crypto-yuan », qui ne devrait pas tarder à être livré. En octobre, la Banque nationale suisse (BNS) et la Banque des règlements internationaux (BRI) avaient signé un accord pour favoriser l’intégration des monnaies numériques de banque centrale. Plus tôt dans l’année, la Banque centrale du Rwanda avait également confirmé se pencher sur le sujet.

De son côté la Banque de France avait créé l’événement plus tôt ce mois, en confirmant l’élaboration d’une monnaie numérique de banque centrale pour les institutions financières. 2020 devrait donc être l’année où ce type d’actifs va commencer à être sérieusement développé par des économies d’ampleur.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qui en découlent. J’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous et aider à démocratiser cet univers passionnant. Mais je ne m’arrête pas là ! J'aime également analyser les projets liés aux cryptos et aux blockchains, qui me fascinent tout autant.
Tous les articles de Marine Debelloir.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments