Shinhan Card, filiale du groupe financier Shinhan Bank et leader sud-coréen des cartes de crédit, a obtenu un brevet pour un système de paiement utilisant la blockchain, selon une publication du Korea Times le 15 juillet dernier.

La blockchain au cœur de l'entreprise

La société aurait affirmé qu’une technologie de ce type basée sur la blockchain est une première au monde. Elle permettrait notamment la prise en compte de divers processus communs aux cartes de crédit, notamment « l'établissement d'une limite de dépenses maximale, le paiement par versements mensuels et l'exécution des paiements entre les commerçants et les consommateurs ».

Un responsable de Shinhan Card a déclaré que le brevet avait été obtenu environ un an et demi après que l'entreprise eut commencé une étude de faisabilité comprenant des revues technologiques. Le Korean Times cite le responsable qui aurait déclaré :

Les services utilisant ces fonctions clés des cartes de crédit seront étendus au système basé sur la blockchain, un progrès notable par rapport au statu quo en vertu duquel la plupart des services disponibles basés sur la blockchain sont limités à la trésorerie ou à l'identification de l'utilisateur pour les transactions en ligne. Il a ajouté : Nous cherchons des mesures pour rendre le brevet valide dans les pays européens, aux États-Unis, au Japon, en Chine, au Vietnam et en Indonésie.

 

La technologie brevetée pourrait également permettre les transactions sans carte, ce qui permettrait aux clients d'effectuer des paiements via des transactions app-to-app à l'aide de smartphones. Cela pourrait permettre d'éliminer trois intermédiaires, dont les sociétés émettrices de cartes de crédit, un fournisseur de services de réseau à valeur ajoutée et un point de paiement.

Le dépôt de brevet disponible sur le site Web du Korea Intellectual Property Rights Information Service (Kipris) énumère les points caractéristiques de cette technologie :

Une blockchain contenant de la monnaie virtuelle créée sous la limite de crédit du consommateur est créée, une unité de création de blockchains qui met à jour la blockchain en fonction de l'historique des paiements, un service de gestion des comptes qui gère la signature multiple de plusieurs comptes partageant la blockchain, et une unité de transaction virtuelle qui génère des transactions en réponse à chacun des comptes multiples est fournie conformément aux modalités de la transaction.

 

Plus tôt en mai, Shinhan Bank, la société mère de Shinhan Card, a dévoilé une plateforme basée sur une blockchain pour accélérer le processus de prêt. La Shinhan Bank a également cherché à étendre l'utilisation de la technologie de la blockchain dans ses processus depuis l'année dernière. Elle a pleinement adopté cette technologie avec des transactions qui impliquent des swaps de taux d'intérêt et des smart-contracts.

La Corée est toujours aussi bien impliquée dans le développement de cette technologie, les entreprises comme le gouvernement coréen semblent y attacher une certaine importance et y voient clairement l'intérêt pour leurs économies et développements. Le mois dernier, Busan, 2e plus grande ville de Corée du Sud avec 3,5 millions d'habitants, avait émis l'idée de créer sa propre cryptomonnaie locale afin de rendre la ville plus attrayante pour toutes les activités gravitant autour des crypto-actifs et de leurs applications.

 

 

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments