USA : la secrétaire générale du Trésor alerte sur le terrorisme financé par les cryptos

Trésor USA

 

Sigal Mandelker, la secrétaire générale du Trésor aux États-Unis a expliqué que les cryptos étaient une nouvelle cible dans la lutte contre le terrorisme.

 

Les cryptos sont-elles utilisées par les groupes terroristes ?

Sigal Mandelker a exprimé son opinion à l’occasion de la 19e conférence internationale de lutte contre le terrorisme, qui s’est déroulée au début du mois de septembre. La secrétaire générale du Trésor a expliqué que les cryptodevises font maintenant partie des outils qui permettent aux organisations terroristes d’innover dans leur manière de se financer. Selon elle, cela nécessite de cadrer les crypto-monnaies de manière plus stricte : « Bien que la plupart des groupes terroristes se basent principalement sur le système financier traditionnel et les espèces pour transférer leurs fonds, les crypto-monnaies pourraient devenir la nouvelle frontière si nous ne mettons pas en place des protections solides et appropriées. »

Mandelker donne l’exemple du Hamas, qui est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis. « En février 2019, nous avons pu voir le Hamas solliciter des dons en Bitcoin via les réseaux sociaux, grâce à deux adresses Bitcoin. En mars 2019, ces deux adresses avaient reçu au moins 5 000 dollars en Bitcoin. »

Selon la secrétaire générale, tout l’enjeu est donc de promouvoir les innovations, tout en évitant les usages illicites qui peuvent en être faits : « L’industrie des actifs digitaux a dépensé une énergie et une expertise énorme pour développer de nouveaux systèmes de transmission de valeurs marchandes. Cette industrie doit maintenant utiliser cette expertise technologique et l’appliquer aux problèmes complexes que nous devons résoudre dans le cadre de la finance illicite. » Et cela passe par la régularisation, selon Mandelker : « Le gouvernement américain travaillera avec des gouvernements mondiaux pour s’assurer que les réseaux et la FinTech qui ne se plient pas à ces exigences ne survivent pas. »

 

Nouvelles offensives des régulateurs mondiaux

De plus en plus de gouvernements s’attaquent à l’épineuse question du possible financement du terrorisme par les cryptos. Si leur anonymat peut effectivement permettre de transférer des sommes importantes sans laisser de traces, dans la réalité cela reste plus compliqué. Notamment parce que les fonds peuvent être pistés au moment où ils sont transférés contre des monnaies FIAT. Comme le souligne Sigal Mandelker, cet usage reste donc encore marginal.

Reste que de plus en plus d’organisations se forment à la blockchain pour pouvoir pister les criminels qui utilisent les cryptos. Europol a récemment sorti un « serious game », qui permet de former ses équipes à ce domaine complexe. Et l’étau s’est resserré autour des mixeurs de cryptos, qui permettent de blanchir des fonds en cryptodevises. En mai, un des principaux tumblers, Bestmixer.io, avait ainsi été fermé.

 

Marine Debelloir

Intriguée par le Bitcoin depuis plusieurs années, Marine s'est prise de passion pour les crypto-monnaies et les technologies novatrices qu'elles créent. Elle aime dénicher les infos les plus croustillantes pour aider à démocratiser ce passionnant univers.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar