La Securities Exchange Commission (SEC) des États-Unis a fait savoir dans une alerte aux investisseurs le 14 janvier que l'investissement dans les Initial Exchange Offering (IEOs) peut être risqué.

 

Un risque non négligeable

Publié par le Bureau d'éducation et de défense des investisseurs, le document conseille aux investisseurs de faire preuve de prudence s'ils envisagent d'investir dans une IEO :

Soyez prudents si vous envisagez d'investir dans une IEO. Les promesses de nouvelles technologies et de nouveaux produits financiers, tels que ceux associés aux offres d'actifs numériques, et les promesses selon lesquelles les IEOs sont contrôlés par les plateformes de négociation, peuvent être utilisées de manière inappropriée pour attirer les investisseurs avec la fausse garantie de rendements élevés dans un nouvel espace d'investissement.

L'alerte ajoute :

Telles que décrites, les IEOs peuvent être menées en violation des lois fédérales sur les valeurs mobilières et ne pas disposer des protections requises envers les investisseurs.

👉 Lisez notre article pour en savoir plus sur comment fonctionnent les IEOs.

 

Les IEOs hors des États-Unis, c'est non

La SEC a aussi encouragé les investisseurs à examiner attentivement si l'entreprise et la plateforme de trading impliquées dans l'IEO se sont conformées aux lois fédérales sur les valeurs mobilières, puisqu'une non-conformité signifierait qu'elles opèrent illégalement.

L'organisme de régulation souligne également que les investissements hors des États-Unis peuvent être également sujets à de nombreux risques :

Toute offre visant à éviter les lois fédérales sur les valeurs mobilières parce qu'elle est faite sur une plateforme basée à l'étranger, mais qui permet par ailleurs à des personnes des États-Unis d'investir est un signal d'alarme.

La SEC a formulé une dernière mise en garde au sujet des IEOs pratiquées hors des États-Unis en soulignant que même en tant qu'américain, les investisseurs dans de telles offres à l'étranger ne disposeront que de peu de recours juridiques en cas de fraude.

 

La SEC a déjà formulé des avertissements similaires dans le passé en ce qui concerne les Initial Coin Offerings (ICO). À cause de nombreux projets peu scrupuleux s'étant servis de ce terme à des fins frauduleuses, les ICOs ont développé une certaine connotation négative et les entreprises se sont éloignées de ce terme.

La solution était alors toute trouvée avec les IEOs. Au lieu que les entreprises vendent leurs propres tokens, un exchange vient se porter garant pour elles. Cela apporte au projet et à son token une sorte de marque d'approbation, puisque le token sera assurément disponible à l'échange sur la plateforme organisant la levée de fond en question.

Cette garantie ne serait donc qu'une façade pour la SEC, car les exchanges ne sont pas tous conformes aux lois américaines et ne peuvent pas être considérés comme des tiers de confiance.

 

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Depuis 2017, je m'intéresse au Bitcoin, aux cryptomonnaies et à la technologie blockchain associée. Je crois fermement en ces innovations technologiques et qu’elles révolutionnent déjà de nombreux secteurs.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments