La plateforme GO.Exchange a annoncé hier par l'intermédiaire d'un communiqué sur Medium mettre un terme à ses services en raison d'exigences réglementaires trop strictes. GO.Exchange a été lancé en mars 2019 par Omise Holdings, société plus célèbre pour l'émission d'une cryptomonnaie connue de tous, l'OmiseGo (OMG).

 

L'écosystème d'OmiseGo altéré ?

À partir d'aujourd'hui, l'exchange n'accepte plus de nouveaux clients et ne permet plus d'effectuer des transactions, à l'exception des retraits. Les utilisateurs de l'exchange ont jusqu'au 15 mars 2020 pour procéder au retrait de leurs crypto-actifs.

Tous les anciens comptes des réseaux sociaux et services de messagerie associés à GO.Exchange, notamment sur Telegram, Reddit et Twitter seront également fermés d'ici le 31 mars 2020.

Pour vous aider dans le processus de retrait ou si vous avez la moindre question complémentaire, il vous est possible de contacter le service de support à cette adresse mail : support@go.exchange.

Go.Exchange faisait intégralement partie de l'écosystème d'OmiseGo, une cryptomonnaie qui se place tout de même à la 50e place des actifs les plus capitalisés de l'industrie. La particularité de l'exchange était qu'il utilisait 50% des revenus générés par les frais de transaction des utilisateurs pour acheter des tokens OMG dans le but de les brûler.

Ce concept permettait de diminuer progressivement le nombre de tokens OMG en circulation et donc, théoriquement, augmenter le prix de l'actif.

Même si une part entière de l'écosystème disparaît avec la fermeture de Go.Exchange, le cours de l'OmiseGo se porte plutôt bien et est même en hausse de 9% sur les dernières 24heures. Toutefois, sur le long terme, l'absence de Go.Exchange pourrait avoir un impact non négligeable, car les tokens en circulation ne diminueront plus.

👉 À lire sur le même sujet : Qu'est-ce que l'OmiseGO (OMG) et comment en acheter ?

 

Une réglementation trop sévère

En décembre 2019, l'exchange, installé à Malte, a entrepris le processus d'obtention d'une licence auprès des autorités locales afin de se conformer à la réglementation en vigueur.

Malgré tous les efforts que l'équipe semble avoir mis pour obtenir cette licence, elle a décidé d'arrêter cette démarche en raison de nombreux facteurs.

Dans son communiqué, l'équipe de GO.Exchange attribue cette soudaine fermeture à la complexité croissante de la réglementation ainsi qu'à l'incertitude grandissante en ce qui concerne les coûts et les avantages de la gestion d'une plateforme de ce type.

Même si cette décision est particulièrement douloureuse pour l'équipe, cette dernière reste positive sur le chemin qu'elle a parcouru :

La clôture de l'exchange n'a pas été une décision facile, et nous comprenons qu'elle puisse être décevante. Nous sommes fiers de ce que l'équipe a accompli et nous sommes très reconnaissants envers les personnes qui nous ont soutenus.

👉 À lire sur le même sujet : l'exchange décentralisé CryptoBridge ferme ses portes.

 

GO.Exchange est probablement, d'après les aujourd'hui rendues publiques, le premier exchange à fermer ses portes en 2020. Toutefois, de nombreux cas similaires ont été enregistrés en 2019. C'est notamment le cas de l'exchange décentralisé CryptoBridge qui a mis fin à ses activités en décembre dernier en raison d'une insolvabilité financière. En octobre 2019, la plateforme Coinexchange.io, célèbre pour son listing de cryptomonnaie à faible capitalisation, a subi le même sort.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments