Moscou va développer une blockchain pour la transparence des services administratifs

 

Moscou

 

Selon un rapport de Open Media du 15 août, le Département russe des technologies de l’information a annoncé une initiative visant à embaucher des entrepreneurs pour construire un système basé sur la blockchain Ethereum (ETH) pour les services administratifs de Moscou.

 

Renforcer le programme blockchain de la ville

L’objectif est de renforcer la confiance du public dans les services électroniques de la ville en améliorant la transparence grâce à la technologie de la blockchain. Une fois l’équipe choisie, la plateforme devrait être construite en 60 jours. Le coût estimé du développement est estimé à environ 860 000 dollars.

Le système sera basé sur un consensus de “Proof-of-authority” – preuve d’autorité – et supportera jusqu’à 1,5 million de visiteurs en simultané. Il devrait accueillir un certain nombre de services, notamment l’émission de documents de propriété et l’attribution de créneaux horaires dans les marchés d’agriculteurs dans la ville.

La plateforme sera intégrée à d’autres projets d’expérimentation de la blockchain entrepris par le gouvernement dans la ville. Il s’agit notamment d’une plateforme de vote, baptisée ” Active Citizen “, qui permet aux habitants d’exprimer leurs préférences sur différents sujets.

La ville teste Active Citizen depuis 2017. Il est également prévu de permettre à un certain nombre de districts de voter par voie électronique pendant les élections municipales de cet automne, en utilisant également la technologie de la blockchain, selon une annonce officielle. Cette option sera disponible pour environ 6 % des électeurs.

La Russie semble de plus en plus attirée par l’utilisation de la blockchain et des cryptomonnaies. En juin dernier, Alexei Moseev, le vice-ministre des Finances  russes a déclaré que le gouvernement pourrait légalise l’achat et la vente de cryptomonnaies. De plus,  le gouvernement semble prendre la décision d’encadrer les exchanges existant sur le territoire au lieu de chercher à les bannir.

 

L’administration vise à baser le système sur la blockchain d’Ethereum, ce qui pourrait ouvrir la voie à un token de service public utilisable à Moscou, similaire au S-coin prévu à Séoul dans le même cadre. Il est tout à fait possible qu’à l’avenir plusieurs services publics acceptent des paiements en cette cryptomonnaie gérée par l’état, comme en Corée du Sud.

 

Clément

Achetant son premier Bitcoin en 2017, Clément se rend vite compte de son attirance pour le monde des cryptomonnaies. Il croit fermement en cette technologie et qu'elle révolutionne déjà de nombreux secteurs.

facebook-cryptoast twitter-soothsayerdataProfil linkedin


Poster un Commentaire

avatar