Marathon signale le soft fork Taproot

Une nouvelle période de signalisation de Taproot voit le jour pour le protocole Bitcoin. Bien que seulement quelques heures se soient écoulées au sein de la période de signalisation de deux semaines, 97,92% des blocs minés ont signalé être prêts pour le déploiement du soft fork.

Le processus d'activation suit les règles spécifiées dans le Speedy Trial, qui exige que 90 % des blocs minés dans une période de deux semaines signalent leur compatibilité avec la mise à niveau de Bitcoin.

C'est dans ce contexte que Marathon Digital Holdings a annoncé son soutien au soft fork Taproot via un communiqué de presse. Jusqu'alors, la firme hésitait à rejoindre la « guilde du carré vert », ce qui lui avait attiré les foudres de la communauté Bitcoin pour des raisons développées plus bas.

L’entreprise de minage états-unienne apporte ainsi une modeste contribution avec un ajout d'environ 1,23% du hashrate global  en faveur de la mise à niveau.

« Marathon s'engage à respecter les principes fondamentaux de la communauté Bitcoin, notamment la décentralisation, l'inclusion et l'absence de censure, » a déclaré le PDG de Marathon, Fred Thiel.

Afin de préserver son influence, Marathon a finalement cédé à la pression de la communauté Bitcoin et a accepté de nager - ou plutôt de miner - avec le courant.

👉 Pour aller plus loin : Soft Fork Taproot – Quelles implications pour le protocole Bitcoin (BTC) ?

La fin de la censure

L'arrivée de Marapool au sein des entités soutenant Taproot semble mettre fin à une polémique brûlante concernant la firme.

En effet, le 30 mars, Marathon annonçait lancer le premier pool de mining de bitcoins basé en Amérique du Nord étant entièrement conforme à la règlementation états-unienne, y compris aux normes AML et OFAC.

Marapool s’abstenait donc de traiter les transactions provenant d'entités figurant sur les diverses listes noires du département du Trésor des États-Unis.

Cette forme de censure garantissait que tous les bitcoins minés l'étaient en conformité avec les normes règlementaires du pays de l'Oncle Sam, ayant pour conséquence directe le refus de soutenir Taproot.

Naturellement, cette pratique n'est pas passée inaperçue auprès de la communauté Bitcoin qui s'est empressée de faire pression sur la firme, avec parfois une véhémence notoire.

Au menu des multiples arguments invoqués à l'encontre de Marathon siègent trois accusations importantes :

  • sa non-participation au soutien de la mise à niveau ;
  • sa pratique allant à l'encontre de l'éthos fondamental de Bitcoin (liberté d'expression, absence de censure, immuabilité) ;
  • le fait que les blocs minés par de telles entités soient « vides » et nuisibles pour le réseau, selon l'activiste Giacomo Zucco.

Suite à ces critiques, Marapool a finalement tourné le dos aux doléances des régulateurs états-uniens afin de se conformer à la vision majoritaire et inclusive du protocole Bitcoin.

Par conséquent, la branche minière de Marathon ne filtrera plus les transactions et commencera à valider les blocs en harmonie avec l'ensemble des acteurs sécurisant le réseau Bitcoin.

Cet évènement prouve à nouveau la force de frappe acquise au fil du temps par les acteurs de la communauté Bitcoin. Comme l'énonce Bitcoin Magazine, co-fondé par l'analyste Willy Woo :

« Finalement, tout le monde s'agenouille devant Bitcoin. »

👉 Sur le même sujet : Taproot : des smart contracts confidentiels pour Bitcoin

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Bela Le Tiec

twitter-soothsayerdata

Son texte favori : A Cypherpunk's Manifesto.

Son émission phare : Thinkerview.

Son artiste préféré : Daft Punk.

Son objectif : contribuer à l'éducation de ses contemporains en matière de blockchain et de réseaux distribués.
Tous les articles de Bela Le Tiec.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments