De plus en plus de détails sont en train d'émerger au sujet du projet lié à la cryptomonnaie - Globalcoin - du géant des médias sociaux Facebook, selon un rapport de CNBC daté du 6 juin.

 

Une équipe qui se renforce

Selon le rapport, il y a maintenant 100 personnes connues pour travailler sur le projet de crypto via des profils sur la plateforme de réseautage professionnel LinkedIn. Facebook n'aurait pas non plus fini d'embaucher, avec 28 postes encore disponibles pour l'unité affiliée au projet, selon la liste de son site Web.

L'objectif du nouveau projet de cryptomonnaie de Facebook, selon les informations dans les descriptions de carrière, est de fournir un service public axé sur l'accessibilité :

« Notre objectif ultime est d’aider des milliards de personnes à avoir accès à des biens qu’elles n’aient pas encore aujourd'hui, comme des soins de santé, des services financiers équitables ou de nouveaux moyens de sauvegarder ou de partager des informations. »

David Marcus est à la tête du projet basé sur la blockchain de Facebook. Marcus a siégé au conseil d’administration du service d’échange de cryptomonnaie et de wallets Coinbase jusqu’à récemment, et a précédemment occupé le poste de président de PayPal.

De plus, le développeur de Facebook associé au projet, Éric Nakagawa aurait pris le titre de « leader de l'open source ». Nakagawa aurait déjà défendu des projets open source avec le logiciel d'intelligence artificielle PyTorch.

 

Des inquiétudes concernant la gouvernance

Comme l'a récemment signalé Cointelegraph, Facebook peut céder le contrôle de sa gouvernance en matière de cryptomonnaie à des tiers, afin d'assurer un certain degré de décentralisation. De plus, Facebook annoncera officiellement ce mois-ci son projet de cryptomonnaie, ce qui permettra à ses employés de toucher une partie de leur salaire dans la cryptomonnaie native de la plateforme.

Lors de la conférence sur la blockchain intitulée Consensus 2019, le CEO de Polychain Capital a déclaré qu'il serait sage que Facebook construise son prétendu stablecoin sur une infrastructure publique, à blockchain ouverte. Olaf Carlson-Wee a déclaré que cela atténuerait les inquiétudes du public, en déclarant :

« Compte tenu de tous les problèmes rencontrés par Facebook pour contrôler sa plateforme et ce genre de choses, je pense que le changement stratégique pour Facebook consisterait en réalité à construire une infrastructure publique. Et cette infrastructure pourrait être intégrée à toutes les plateformes de Facebook, qui sont bien sûr propriétaires. S’ils n’essayent pas de la posséder, je pense que c’est là où ils auront le plus de succès. »

 

Hier, comme nous l'avons rapporté, la cryptomonnaie de Facebook ainsi que ses spécificités devrait être révélée dans les prochaines semaines, au cours du mois de juin.

 


Cet article est traduit de Cointelegraph dans le cadre d’un partenariat entre Cryptoast et ce média international.
Fondé en 2013, Cointelegraph couvre l'actualité des technologies blockchains, des crypto-actifs et des tendances émergentes en matière de fintech.


A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments