Selon un rapport de Cointelegraph Italia du 12 mars, deux lycées italiens vont commencer à délivrer des diplômes numériques inaltérables et facilement partageables en utilisant la blockchain Ethereum.

 

Lutter contre les faux diplômes

Cette initiative vise à améliorer la transparence du processus de délivrance et de suivi des diplômes, ainsi qu'à mettre fin à l'émergence de faux diplômes qui frappe le pays.

Le document sera téléchargé directement par l'école, qui utilisera des signatures numériques spéciales à l'aide d'un algorithme de cryptographie asymétrique.

Les deux établissements à emprunter cette voie sont le lycée international de Villa Flaminia, situés à Rome et l'Institut d'enseignement supérieur « M. Ciliberto - A. Lucifero », situé à Crotone. Le premier s'appuiera sur une plateforme blockchain créée par la société EY alors que le second s'est associé avec Blockchain Italia.

Au sujet de cette initiative, Maria Chiara Sidori, directrice de l'institut du lycée de Rome, a déclaré

Ce projet peut contribuer à l'élimination des asymétries d'information avec d'autres organismes en permettant aux universités et aux entreprises de vérifier la véracité de la qualification revendiquée par tout candidat.

Pietro Azzara, PDG de Blockchain Italia, espère que le programme de « M. Ciliberto - A. Lucifero » servira d'exemple pour les autres lycées et universités, exempts de la peur de l'innovation :

Nous sommes heureux d'avoir réalisé le premier cas de notarisation électronique des diplômes d'études secondaires en Italie. La standardisation de cette procédure pourrait créer plus de transparence et de clarté au sein du système italien, en assurant l'amélioration des compétences et en aidant les entreprises et les étudiants à créer des relations harmonieuses.

👉À lire sur le même sujet : Qu'est-ce que la blockchain ?

 

Les diplômes portée par la blockchain, future norme ?

Ces initiatives ne visent pas uniquement à délivrer des diplômes inaltérables, elles permettront également aux établissements d'enseignement de consigner toutes les informations concernant l'étudiant, dont les cours qu'il suivra et de lui assurer ainsi un suivi personnalisé, sans que ce registre puisse être perdu ou altéré.

La nouvelle arrive dans un contexte tout à fait particulier causé par l'épidémie du COVID-19. En devenant le nouvel épicentre de la pandémie et en confinant sa population, l'Italie se doit de maintenir l'éducation de ses étudiants.

Un diplôme directement déposé sur une plateforme sécurisée par la blockchain permet donc aux étudiants de continuer leurs cursus même en étant bloqués à leurs domiciles et évite qu'il ait à récupérer physiquement leur diplôme.

Le mois dernier, l'université de science et de technologie de Pohang (POSTECH) en Corée du Sud a mené une initiative similaire en délivrant des diplômes stockés sur une blockchain à ses 828 nouveaux diplômés.

Et si les diplômes délivrés et stockés avec une blockchain devenaient la norme ? En cette période de crise sanitaire globale où les remises de diplômes sont à éviter, l'utilisation de la technologie de la blockchain devient une alternative pertinente et justifiée.

👉 À lire sur le même sujet : Corée du Sud : une université utilise la blockchain pour délivrer ses diplômes.

 

Ce projet est le premier du genre en Italie à impliquer des lycées. Une tentative similaire a déjà été menée par l'université de Cagliari pour valider les diplômes de ses étudiants. Depuis 2018, l'université utilise la blockchain Ethereum pour délivrer des certificats qui sont immuables, inviolables et infalsifiables.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments