Steve Chen, le meneur de l'escroquerie massive autour du projet GemCoin, représentant une somme totale de 147 millions de dollars, a admis avoir commis des fraudes financières et des évasions fiscales dans le cadre d'un accord de conciliation. Le document de son témoignage est disponible ici.

 

Comment l'escroquerie s'est-elle déroulée ?

Le dispositif d'escroquerie s'est déroulé sur une durée de 2 an entre juillet 2013 et septembre 2015. Chen et ses acolytes ont attiré les investisseurs vers des placements allant de 1 000 à 30 000 dollars chacun. Ils ont ensuite assuré aux investisseurs qu'ils recevraient des « crédit » qui seraient convertis en actions lors de l'introduction en bourse de la société.

À partir de 2014, Chen a remplacé ce système de crédits en distribuant une cryptomonnaie baptisée « Gem Coins ». Il a ensuite expliqué aux investisseurs que la cryptomonnaie était largement utilisée dans le secteur de la finance et de la joaillerie et qu'elle pouvait être convertie en monnaie fiat directement dans leurs bureaux, à Arcadia.

De plus, il affirmait que la valeur de cette cryptomonnaie était directement garantie par leurs mines de pierres précieuses inexistantes.

Comme tout bon Ponzi qui se respecte, si les investisseurs étaient en mesure de recruter d'autres investisseurs, des bonus sous forme de voyages, de voitures de luxe et de maisons dans la région de Los Angeles étaient promis par Chen.

Durant les 2 ans d'exploitation de ce procédé douteux, ce sont plus de 70 000 investisseurs qui ont été trompés par les promesses de Steve Chen.

Bitconnect

Des airs de déjà-vu, vous dites ?

 

Des fraudes multiples

Dans l'accord de plaidoyer décrit par les procureurs, Steve Chen a admis que l'entreprise derrière GemCoin n'a jamais possédé de mines de pierres précieuses, que la société n'a pas réalisé de bénéfices en dehors de son schéma d'escroquerie, que la cryptomonnaie et les pierres d'ambre qu'elle a fournies aux investisseurs étaient presque sans valeur et qu'il n'a jamais eu l'intention de procéder à une ICO.

Lors de la présentation de ses activités au public, l'entreprise avait assuré aux investisseurs qu'elle possédait 50 milliards de dollars d'actifs, dont plusieurs mines de pierres précieuses en République dominicaine, en Argentine, au Mexique et aux États-Unis.

Chen a également admis avoir tenté de se soustraire au paiement de l'impôt fédéral sur le revenu. Il a déclaré que son revenu brut pour 2014 était de 138 015 dollars, alors qu'en réalité son revenu cette année-là s'élevait à environ 4,8 millions de dollars.

Le procureur américain Nick Hanna a ajouté dans son témoignage :

Les promesses de M. Chen aux investisseurs étaient autant sans valeur que ses mines inexistantes et sa fausse cryptomonnaie. Cette affaire devrait rappeler à tous les investisseurs que les investissements à succès peuvent véhiculer une légitimité, mais que chacun devrait faire preuve d'une extrême prudence lorsqu'il envisage de donner de l'argent durement gagné à une quelconque entreprise promouvant des produits à la mode et des profits extravagants.

Avec GemCoin, Chen aurait utilisé les millions de dollars qu'il a récoltés pour acheter des maisons et financer sa dépendance vis-à-vis des paris.

Selon le Département de la Justice des États-Unis (DOJ), le résident de Californie du Sud de 62 ans risque, au minimum, 10 ans de prison.

👉 À lire sur le même sujet : Le cofondateur de OneCoin plaide coupable : il risque 90 ans de prison.

 

Cette arnaque d'une ampleur sans précédent devrait servir d'exemple. N'oubliez jamais de mener vos propres recherches et d'être d'une extrême prudence lorsque vous investissez dans un projet qui n'a toujours pas fait ses preuves.

Newsletter 🍞
Recevez un récapitulatif de l'actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c'est tout.

A propos de l'auteur : Clément Wardzala

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédacteur en chef de Cryptoast, je découvre le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, je m'efforce de partager un contenu qualitatif pour que le secteur se démocratise auprès de tous.
Tous les articles de Clément Wardzala.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments